Il y a deux semaines, l'Impact assoiffait son désir de vengeance face au Crew de Columbus, qui l'avait éliminé des séries 2015. Samedi, ce sera au tour de l'Impact de se trouver dans le viseur d'un club en quête de réparation.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

De l'aveu même de son entraîneur, le Toronto FC (2-2-2) demeure frustré, contrarié et déçu d'avoir perdu le premier match éliminatoire de son histoire en MLS aux mains de l'Impact (4-2-0) en octobre dernier. Greg Vanney n'aura pas à chercher bien loin pour motiver ses hommes.

« Ça va être un match difficile, a concédé le défenseur de l'Impact Hassoun Camara avant l'entraînement des siens vendredi.

« Ce qui s'est passé a été difficile à avaler pour eux. Ils avaient de grandes ambitions et leur investissement (financier) a été très élevé pour répondre à ces ambitions. Ils vont revenir avec volonté de se racheter. »

Comme l'Impact occupe la 1re place au classement de l'Est, la cible dans son dos est double.

« Rester en 1re place, c'est ce qu'il y a de plus difficile à faire en championnat. Ils vont vouloir nous battre parce qu'on est l'équipe à battre, poursuit Camara. À nous d'être concentrés et de répondre à ce standard. »

« Haïr Toronto » - Harry Shipp

Le contexte est tout indiqué pour le premier chapitre des hostilités. Avec cinq matchs au programme, les Reds sont l'équipe que l'Impact affrontera le plus souvent cette saison.

Harry Shipp anticipe avec plaisir son premier derby Toronto-Montréal. Les vétérans l'y ont préparé adéquatement.

« Je me suis fait dire de haïr Toronto, admet le milieu de terrain. Ça va être bien d'expérimenter ça. »

« On connaît l'importance pour les partisans de gagner face à cette équipe, renchérit Camara, un de ceux qui s'assurent de perpétuer la tradition. Les cadres et les anciens, on partage ça avec les nouveaux pour leur montrer que c'est important pour le président et les partisans de démontrer qu'on est l'équipe numéro un au Canada. »

Deux latéraux aventuriers

Avec un tel enjeu, gérer ses émotions sera primordial, rappelle Mauro Biello. D'autant plus que l'Impact renouera avec le stade Saputo et ses tribunes - pleines pour l'occasion - beaucoup plus rapprochées de l'action que celles du Stade olympique.

Camara est un de ceux qui auront à doser leurs ardeurs. La blessure de Donny Toïa à un mollet subie à l'entraînement cette semaine ouvre la voie à un duo Ambroise Oyongo-Camara aux postes de latéraux. Les deux joueurs cultivent une propension à s'engager en attaque, parfois à de longues enjambées du front défensif montréalais.

« Il va falloir rééquilibrer entre lui et moi et être vraiment concentré pour que quand un monte, l'autre resserre bien derrière », explique Camara.

« Ils ont des responsabilités. Ils savent qu'il faut garder trois joueurs en défense, détaille Biello. Des fois, c'est avec un milieu terrain qui rejoint les deux défenseurs centraux. D'autres fois, c'est avec un des latéraux quand l'autre monte. Les responsabilités sont claires. C'est à eux de reconnaître les particularités des différents moments de jeu. Ça ne m'inquiète pas. »

L'attaque, la meilleure défense

La combinaison Oyongo - Camara survient à point nommé pour l'Impact. Leurs centres trouveront un client intéressé par le jeu aérien en la personne de Didier Drogba. L'Ivoirien, auteur d'un but en 40 minutes de jeu la semaine dernière, devrait logiquement obtenir un premier départ cette saison, ce que s'est gardé de confirmer Biello.

Cette force sur les côtés cadre également avec la stratégie mise en place pour contrer les Torontois, et ce, à deux égards. D'abord, pour contourner le bloc défensif, plus compact que par les années passées. Ensuite, pour neutraliser le prolifique Sebastian Giovinco, qui a participé aux six buts des siens cette saison (4 buts et 2 passes).

« Si on arrive à établir notre philosophie, soit de prendre notre temps pour éviter de nous confronter à un mur, nous pourrons déséquilibrer cette équipe et passer par les côtés pour ensuite trouver Didier (Drogba) et Nacho (Piatti) », fait valoir Camara.

« Ils vont essayer de nous voler le ballon et de relancer rapidement vers Jozy Altidore et Sebastian Giovinco. En gardant le ballon et en étant patients dans la moitié offensive du terrain, nous leur laisserons moins de chances de lancer la contre-attaque. »

Dans le calepin :

  • Le défenseur central Victor Cabrera, qui n'a pas complété le dernier match après avoir été victime d'un contact tête contre tête, s'est conformé au protocole de la MLS et sera disponible pour le match.

Plus d'articles

Commentaires