Dans leurs costumes de négligés, les joueurs de l'Impact ont fait un malheur à Washington. La formation montréalaise a éliminé le D.C. United, équipe de l'heure dans la MLS, grâce à un gain de 4-2 devant des partisans abasourdis jeudi.

Un texte de Jean-François Poirier

« Tout le monde était à son top, ce fut un récital collectif de l'implication », a résumé Hassoun Camara, pansement sur le front, et tête de Turc de ses coéquipiers dans un vestiaire très enjoué.

Le défenseur de l'Impact s'est fait lancer des serviettes par ses coéquipiers pendant qu'il accordait son entrevue d'après-match. Après une victoire éclatante comme celle-là, les blessures font toujours moins mal...

« Nous sommes soudés et nous savions ce que nous voulions », a-t-il ajouté entre deux taquineries.

Ce gain est en effet spectaculaire. Aucune équipe de la MLS n'avait remporté un match de barrage à l'étranger en 1uatre ans. Et dire que Montréal menait 4-0 avant d'accorder deux buts tardifs.

Après une performance gênante en conclusion de campagne contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre dimanche dernier, alors que l'entraîneur Mauro Biello avait préféré reposer ses meilleurs éléments, l'Impact a donc réussi presque un sans-faute contre le D.C. United.

« Nous étions concentrés sur notre tâche et c'est ce que nous avons vu sur le terrain, a déclaré Biello. Notre équipe était prête à se battre, à tout faire pour gagner. Je félicite mes joueurs pour ce qui est peut-être leur meilleure performance de l'année. »

Étrangement, l'entraîneur avait tenu un discours presque similaire après la victoire contre le Toronto FC dans un match de barrage en 2015. 

Le onze montréalais affrontera les Red Bulls de New York en demi-finale de l'Est. Le premier match de la série aller-retour sera présenté dimanche au stade Saputo.

« On est content, il n'y a aucune gêne », a dit sur un ton rassurant Hassoun Camara pour montrer que l'Impact n'était pas intimidé d'affronter l'équipe la mieux classée. 

Deux buts de Mancosu devant Drogba

Laurent Ciman, dès la quatrième minute de jeu, Matteo Mancosu, deux fois, et Ignacio Piatti ont fait bouger les cordages.

« C'est tellement facile de jouer avec un grand joueur comme Piatti, a assuré Mancosu. Nous sommes très satisfaits de ce résultat et nous sommes convaincus que nous performerons dans les deux prochains matchs. Nous allons bien récupérer au cours des deux prochains jours, et nous serons prêts. »

Mauro Biello, qui a choisi de miser sur Mancosu en fin de saison pendant que Didier Drogba devenait moins efficace, a résumé la performance de l'Italien en un mot : fantastique.

Au sujet de Drogba, l'Ivoirien a fait une apparition inattendue au RFK Stadium pour encourager ses coéquipiers, loin du banc des joueurs. Toujours blessé au dos, il s'est rendu à Washington par ses propres moyens puisque l'équipe n'amène en voyage que les 18 joueurs en uniforme.

Drogba a regardé le match, quelque part dans le stade, et a même diffusé une vidéo sur les médias sociaux pour annoncer sa présence au match... en retard en raison du trafic. 

« Je suis content qu'il soit venu, a dit l'entraîneur-chef. Je n'écarte pas l'option de lui faire endosser l'uniforme dimanche si son dos le lui permet. »

Les signes pointaient vers une soirée difficile pour l'Impact, qui n'avait jamais savouré de victoire (0-2-3) à Washington en MLS. De plus, le United avait terminé la saison en force, sur une séquence de 4-1-2 depuis le 11 septembre.

Concert d'éloges

L'entraîneur Ben Olsen semblait assommé par l'effondrement de son équipe, mais a tenu à souligner la performance de ses rivaux.

« Lorsque l'Impact marque le premier but, vous êtes dans le trouble. Cette équipe est l'une des meilleures des dernières années en contre-attaque. »

Finalement, l'Impact est devenu seulement la troisième équipe à gagner un match de barrage à l'étranger depuis la création de cette phase (3-12).

L'allure du match

Les hommes de Biello n'ont jamais vraiment été inquiétés. Ils ont contrôlé le match du début à la fin et ont évité les relâchements qui les ont souvent hantés par le passé.

Lamar Neagle et Taylor Kemp ont déjoué le gardien Evan Bush dans une cause perdue, à la 90e minute et pendant les arrêts de jeu.

L'Impact s'impose

Les visiteurs ont connu un début de match idéal. Ils ont ouvert le pointage dès la quatrième minute de jeu. Marco Donadel a rejoint Ciman d'un coup de pied de coin et le Belge a frappé le ballon à la volée dans le filet. Il s'agissait pour Ciman d'un premier but en MLS depuis le 25 juillet 2015.

Le United a tenté de créer des occasions sur les ailes pour ensuite centrer le ballon vers Patrick Mullins. Cependant, la défense montréalaise a bien dégagé les centres des locaux.

Pendant ce temps, l'Impact a menacé sur quelques relances, étourdissant parfois les défenseurs adverses.

Mancosu a doublé l'avance des siens à la 42e minute. Piatti l'a rejoint au coeur de la surface de réparation derrière le défenseur Bobby Boswell et l'attaquant italien a dévié le ballon dans l'ouverture.

L'Impact s'est replié tôt en deuxième demie, mais le United s'est contenté de longues frappes imprécises.

« Nous avons fait quelques ajustements à la pause pour rester en maîtrise de la situation en début de seconde demie, a souligné Donadel. Quand tu perds 2-0, tu peux marquer dans les premières minutes et avoir fait la moitié du chemin. Ils ont poussé, mais nous avons plutôt trouvé des espaces à exploiter. »

Lors d'une rare montée montréalaise à la 58e minute, Ambroise Oyongo a repéré Mancosu devant le défenseur Steve Birnbaum au premier poteau. Mancosu a dévié habilement le centre d'Oyongo de la tête, ne laissant aucune chance au gardien Bill Hamid.

Le United a obtenu une belle occasion de revenir dans le match à la 64e minute, mais le tir de Rob Vincent après qu'il eut contourné Bush a atteint l'extérieur du filet.

Bush a bien été appuyé par ses coéquipiers par la suite. Dominic Oduro et Hernan Bernardello ont entre autres dégagé des ballons près de la ligne des buts.

Piatti a confirmé le résultat à la 83e minute, après une montée en surnombre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque