L'Impact de Montréal jongle avec la possibilité de disputer quelques matchs des séries au stade olympique si le club passe le premier tour (28 ou 29 octobre) et le deuxième (1er novembre) avec succès.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

« Ces deux matchs-là seraient joués au stade Saputo. Après, ça se complique, a indiqué le vice-président de l'Impact, Richard Legendre. Oui, le stade olympique est une option, mais le stade Saputo également.

« Après, on se dirige vers les 22 et 29 novembre. D'un point de vue climat, ça commence à être un peu une inconnue. Il y a aussi la capacité. À ce moment, on serait en finale de conférence et on aurait peu de temps pour vendre les billets. [...] Actuellement, on regarde les deux alternatives. »

Après vérifications auprès de la Régie des installations olympiques, le stade est disponible, mais son porte-parole, Cédric Essiminy refuse de commenter l'état des négociations. Or, la possibilité que l'Impact joue au stade olympique à la fin novembre n'a pas été appréciée des amateurs. Sur les réseaux sociaux, plusieurs raisons ont été soulevées.

De la hantise de Didier Drogba à jouer sur une surface artificielle en passant par le manque d'ambiance et la perte d'identité du club dans un environnement différent, les partisans rappellent plusieurs facteurs pour convaincre l'Impact de jouer au stade Saputo jusqu'à la fin des séries.

D'ailleurs, l'un d'eux rappelle que la finale s'est jouée à Kansas City il y a deux ans par une température sous zéro. Par ailleurs, 59 000 personnes s'étaient déplacées en avril pour assister à la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF au stade olympique.

Avant toute chose, l'Impact doit d'abord attendre de savoir à quel rang il conclura la saison.

Dans le cas d'une victoire contre Toronto dimanche, le club pourrait grimper au 3e rang et l'assurer de l'avantage du terrain, mercredi ou jeudi prochain, contre le club qui terminera la saison au 6e rang. Mathématiquement, Nouvelle-Angleterre, Toronto et Columbus pourraient obtenir ce rang final.

Dans le cas d'une 4e place, le match aurait également lieu au stade Saputo contre le club de 5e position. Si l'Impact conserve son 5e rang qu'il possède en ce moment, le match serait joué sur la route.

L'effet Drogba

Par ailleurs, comme nous l'indiquions la semaine dernière dans un reportage, l'arrivée de Didier Drogba a dopé tous les indicateurs de performance. Au classement, l'équipe moribonde du mois d'août a commencé à accumuler les victoires pour se qualifier pour les séries samedi.

Richard Legendre a d'ailleurs rappelé quelques faits lors d'un point de presse mercredi au centre d'entraînement de l'Impact.

  • Un renversement de situation dans les gradins. Première moitié de saison : 16 000 spectateurs. Deuxième moitié : plus de 20 000.
  • Meilleure année aux guichets : 460 000 spectateurs, ce qui devance 2012 où le club était à 420 000.
  • Par contre, les recettes n'ont pas battu les niveaux de 2012 en raison de la baisse du nombre et du prix des abonnements de saison.
  • Après un mois de vente, 84 % des abonnés de saison ont renouvellé leur forfait pour 2016. Le meilleur score de rétention était de 81 %.
  • 2000 nouveaux détenteurs d'abonnements de saison en vue de 2016.
  • L'Impact aurait vendu plus de maillots de Didier Drogba s'il en avait eu davantage. Il y a eu rupture de stock par moments.
  • Les cotes d'écoute des matchs à la télé et la popularité du club sur les réseaux sociaux ont aussi augmenté.

Avec de telles statistiques, l'Impact aurait pu augmenter le prix des billets pour la saison prochaine, mais a choisi de ne pas le faire. « On veut continuer d'être accessibles. On veut qu'il y ait cette fierté quand on joue indépendamment des résultats du club. »

Finalement, Legendre a confirmé qu'à la fin de la saison, Mauro Biello pourrait devenir l'entraîneur-chef de l'équipe et voir son statut intérimaire être relégué aux oubliettes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine