Retour

L’Impact en confiance avant de rendre visite au TFC

L'Impact n'a pas à regarder bien loin derrière pour prendre confiance avant le match retour de la finale de l'Est.

Les hommes de Mauro Biello ont connu plus de succès que par le passé à l'étranger cette saison, compilant une fiche de 4-6-7. Ils ont ensuite défait le D.C. United 4-2 et les Red Bulls 2-1 sur les pelouses adverses lors des éliminatoires.

« Il y a des performances à l'étranger qui sont encore très fraîches dans nos esprits, a noté Biello, rappelant aussi la victoire de 1-0 de l'Impact à Toronto, le 27 août. Nous affrontons aussi une bonne équipe, une équipe qui a du caractère. »

La victoire d'août à Toronto avait été obtenue même si Calum Mallace avait été expulsé à la 43e minute. Il s'agissait de la première victoire de l'Impact au BMO Field depuis l'arrivée de l'équipe en MLS en 2012.

L'offensive de l'Impact fonctionne aussi à plein régime avec 10 buts en quatre matchs depuis le début des éliminatoires.

« Le bon côté, c'est que nous sommes capables de marquer à l'étranger cette saison, a mentionné le capitaine Patrice Bernier plus tôt cette semaine. Nous avons fait preuve de qualité en contre-attaque et nous avons confiance, puisque nous savons que nous pouvons marquer un ou deux buts. »

L'Impact s'était forgé une avance de 3-0 face au Toronto FC lors du match aller de la finale de l'Est, mardi dernier. Le TFC a répliqué avec deux buts dans un intervalle de 5 minutes après avoir apporté certains changements tactiques, avec l'entrée de Will Johnson et Tosaint Ricketts, à la 57e minute.

Qu'importe la composition du TFC

Certains ont critiqué Biello pour avoir mis trop de temps à réagir aux changements apportés par son homologue du TFC, Greg Vanney.

« Nous avons fait des ajustements avec le personnel sur le terrain, a expliqué Biello. À la fin, les choses n'ont pas fonctionné pour nous. »

Vanney pourrait être tenté d'utiliser la même formule qui a fonctionné lors du match retour et Biello se prépare donc à toutes les éventualités.

« Il peut décider de commencer avec Johnson ou même employer (Sebastian) Giovinco derrière les deux attaquants, a noté Biello. La semaine dernière, nous nous étions préparés pour les déséquilibrer. Là, nous devons être prêts pour tous les scénarios. Nous assurer que les responsabilités sont claires pour tout le monde.

« Ils sont restés en 3-5-2 (après les changements), mais ils peuvent aussi employer un 4-4-2 avec le milieu en losange. C'est le seul schéma avec lequel ils nous ont battus, tôt cette saison. Pour nous, le losange ne change pas grand-chose. Nos latéraux auront un rôle important comme dans un 3-5-2. »

Ne pas jouer sur les talons

Même si l'Impact a permis au TFC de se donner une chance dans la série grâce aux deux buts marqués au Stade olympique, puisque les buts à l'étranger servent de bris d'égalité, le Bleu-blanc-noir demeure en contrôle de sa destinée.

L'Impact a besoin d'une victoire ou un match nul pour accéder à la finale de la Coupe MLS. La formation montréalaise peut aussi s'en sortir avec une défaite par un but d'au moins 4-3.

Ils doivent nous battre et il y aura donc des espaces et il faudra en profiter. Nous avons des gars à l'avant qui sont capables de marquer, nous l'avons vu dans le premier match.

Patrice Bernier

« Nous devrons aussi mieux faire défensivement pour fermer la porte pendant les 90 minutes. »

Dans quel état sera la pelouse?

La qualité du terrain sera à nouveau un sujet important lors du match retour. Mais ce ne sera probablement pas à cause de lignes mal tracées.

La Coupe Grey est disputée dimanche soir au BMO field, que le TFC partage pour la première fois avec les Argonauts, dans la Ligue canadienne de football.

Le responsable du terrain, Robert Heggie, a cependant assuré que la surface ne sera pas trop endommagée par la finale de la saison de la LCF.

« La pelouse est presque parfaite. Elle est au même niveau qu’avant le premier match des Argos », a assuré Heggie au quotidien Toronto Star.

« S’il y avait eu des séries de la LCF ici, ce serait peut-être une autre histoire. »

Le groupe Maple Leafs Sports and Entertainment, propriétaire du TFC, a fait l’acquisition de matériel d’entretien spécialisé. Une toile protectrice est notamment posée sur le terrain, qui permet à Heggie et à son équipe de replanter le gazon, peu importe les conditions météo.

Il doit faire un maximum de 9 degrés à Toronto mercredi, jour de match, avec 70 % de probabilités d’averses.

Plus d'articles