Retour

L'Impact en quête d'un quatrième gain d'affilée

L'Impact (9-8-6) devra se méfier du piège qui lui pendra au bout du nez, samedi, lorsqu'il sera l'hôte du Real Salt Lake (8-12-5). Après trois victoires hautement émotives, un sommet cette saison, le onze montréalais ne doit pas se laisser duper par le dossier des visiteurs.

Un texte de Félix St-Aubin

Les deux équipes qui batailleront sur la pelouse du stade Saputo se sont récemment extirpé la tête hors de l'eau pour s'approcher du portrait éliminatoire. Le Real n'a rien à envier à ses rivaux québécois concernant leur forme du moment puisqu'il n'a pas subi la défaite lors de ses six derniers duels.

Cette séquence se traduit par un rendement de trois triomphes et trois verdicts nuls. Curieusement, les gains ont été récoltés en territoire hostile, tandis que les défaites, elles, ont été enregistrées dans sa propre demeure.

Le Real n'a pas seulement accumulé le maximum de points à l'étranger. Il l'a fait avec panache.

« On devra se concentrer sur nous-mêmes et sur ce que l'on doit faire. C'est sûr que si l'on focalise sur ce que le Real a fait par le passé, on risque de perdre de l'énergie, tout simplement. On est très concentrés en ce moment et [...] très soudés, a indiqué Hassoun Camara. Il va falloir s'appuyer là-dessus et sur notre talent. »

L'imprévisibilité du Real et le fait qu'il joue actuellement avec le couteau entre les dents, le regard porté sur les séries, obligeront l'Impact à demeurer sur ses gardes, prêt à toute éventualité.

Le danger est donc bien réel pour le Bleu-blanc-noir, qui flotte sur un nuage à la suite de prestations endiablées, dont les deux dernières se sont soldées par un jeu blanc du portier Evan Bush.

« On n'a rien accompli, on est encore derrière la ligne rouge et ça, c'est un fait. Il ne faut pas perdre l'accent sur certaines choses qu'on ne peut pas contrôler. Qu'est-ce qu'on peut contrôler? Le travail, la mentalité et notre approche. Présentement, c'est bien, mais on sait qu'il y a du travail devant nous », a soutenu Mauro Biello.

« On sait que dans cette ligue, si on n'est pas prêts et qu'on n'a pas la bonne mentalité, on peut se faire prendre par n'importe quelle équipe, a-t-il renchéri. Le Real Salt Lake est un défi pour nous, pour continuer sur notre séquence, et ça commence avec la mentalité de l'équipe. »

Resserrement défensif

La troupe montréalaise n'a pas eu à réinventer la roue afin de signer cette éclatante montée au classement. Selon Biello, il s'agit du fruit d'un travail de longue haleine qui a finalement obtenu les effets escomptés.

« C'est quelque chose qu'on a beaucoup travaillé pendant l'année et, maintenant, ça commence à se voir dans notre jeu », a poursuivi le pilote de l'Impact.

Biello procédera à un remaniement de son effectif afin de prévenir le surmenage et s'assurer que les joueurs mandatés soient au sommet de leur forme physique. L'épuisement n'est jamais bien loin lorsqu'il s'agit d'une troisième rencontre en huit jours.

« Il y a des gars qui ont faim, des gars qui ont bien fait. C'est une occasion de reposer certains [joueurs], mais c'est aussi une responsabilité pour les autres parce qu'on est sur une bonne séquence. Si tu as la chance d'entrer dans le match, il faut tout donner parce que l'équipe va bien », a observé l'instructeur.

D'ailleurs, il est possible que Ballou Jean-Yves Tabla effectue un retour dans la formation des 18 joueurs appelés à revêtir l'uniforme Bleu-blanc-noir. Le jeune prodige est guéri de son infection à la gorge qui l'a tenu à l'écart du jeu au cours des trois dernières confrontations.

L'Impact n'a pas voulu parler du dossier Piatti à l'entraînement vendredi. L'Argentin a laissé entendre qu'il écoulerait ses derniers matchs avec Montréal avant de quitter pour d'autres cieux.

Plus d'articles

Commentaires