Retour

L'Impact espère revoir Piatti sur la pelouse des Red Bulls

Marco Donadel sera bel et bien absent ce week-end dans l'antre des Red Bulls de New York. Mais Ignacio Piatti s'est entraîné vendredi et pourrait être de la partie dès le coup d'envoi pour l'Impact, qui retrouvera aussi ses Canadiens revenus de la Gold Cup. Mais si c'est une chose de pouvoir compter sur « Nacho », c'en est une autre que de lui remettre le ballon en dépit d'une pression étouffante.

Un texte d’Olivier Tremblay

Comme il y a six jours, l’Impact affrontera samedi une équipe en pleine forme. Le FC Dallas, qui a défait les Montréalais 2-1 le 22 juillet, n’avait pas perdu depuis quatre rencontres et avait inscrit neuf filets. Les Red Bulls, eux, ont gagné leurs trois derniers matchs en marquant 11 buts.

Le défi est donc véritable pour le Bleu-blanc-noir, 9e de l’Association de l’Est à huit points de New York qui est 5e.

Un Ignacio Piatti au sommet de son art constituerait une option idéale pour l’entraîneur-chef Mauro Biello, qui a dû se résigner à ne donner que 30 minutes de jeu comme substitut à l’Argentin le week-end dernier après une absence de trois matchs.

Le patron pourrait-il titulariser Piatti cette fois, même s’il a raté un entraînement cette semaine? Cela semble dans le domaine du possible.

« Nacho va s’entraîner à 100 % aujourd’hui, a confirmé Biello avant la séance de vendredi. Nous verrons comment il réagit. Si tout se passe bien, il sera disponible pour le match contre New York. »

Qu’on serve une portion de Nacho ou la portion entière, l’équipe de Biello peut au moins s’inspirer de ses récents rendez-vous avec les taureaux. L’Impact les a domptés à ses trois dernières tentatives, dont la première victoire de l’histoire du club au Red Bull Arena dans les séries éliminatoires de 2016.

L’entraîneur new-yorkais Jesse Marsch, tout premier pilote de l’Impact en MLS, a cependant changé son dispositif depuis la défaite des siens au stade Saputo le 3 juin.

Les Red Bulls ont adopté la défense à trois et réorganisé l'attaque pour retirer le maximum de son meneur de jeu Sacha Kljestan.

Mais les principes sont les mêmes et les espaces à exploiter aussi.

« Il faudra être un peu plus direct contre une équipe qui va nous presser en début de match, a souligné Biello. Nous pouvons ensuite essayer de nous installer avec les deuxièmes ballons. Nous avons des joueurs d’expérience qui sont capables de gérer certains moments difficiles. »

Contrer la pression

Cette semaine, à l’entraînement, Biello a d’ailleurs mis l’accent sur la réaction des siens à la pression new-yorkaise, qui peut facilement devenir asphyxiante et se traduire par moult revirements.

Le milieu de terrain Marco Donadel est un précieux relais à la récupération du ballon, car il sait faire fi de la pression pour alimenter ses coéquipiers plus dynamiques que lui.

Biello devra donc trouver la bonne combinaison entre les Piatti, Ballou Tabla, Michael Salazar et Dominic Oduro sur les flancs. Dans l’axe, parions que Blerim Dzemaili se sentira inspiré, comme il a marqué son premier but en MLS contre New York.

Donadel est toutefois allé recevoir une injection de cortisone au genou en Italie. Il ne sera pas rentré ni remis à temps pour participer à cette rencontre.

Le capitaine Patrice Bernier est cependant de retour de la Gold Cup. Il pourrait être associé à Hernan Bernardello dans l’entrejeu, où le ballon devra circuler vite. Très vite.

« Il faudra bien exécuter nos jeux et ne pas essayer de s’en sortir en driblant, a analysé Bernier. La pression est haute. Si tu déplaces le ballon, ils laissent des espaces sur le terrain. Il faut les exploiter le plus rapidement possible. »

Toute équipe de MLS sait à quoi s’attendre des Red Bulls, un collectif qui tient à récupérer le ballon quand il ne l’a pas et à se projeter à toute allure vers le but lorsqu’elle possède l’objet.

Le défenseur Chris Duvall, acquis des Red Bulls le 13 décembre par l’intermédiaire du repêchage d’expansion, est bien au fait de la philosophie de jeu mise en œuvre dans les trois autres clubs que possède Red Bull en Autriche, en Allemagne et au Brésil.

« Tout le monde dans ce programme sait exactement comment tout doit être géré et comment chaque match doit se dérouler, a expliqué Duvall. Ils sont très fiers du produit présenté sur le terrain et de leur philosophie. Nous savons à quoi nous attendre. Nous devons être bien préparés, et ça s’est justement très bien passé cette semaine à l’entraînement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine