Retour

L'Impact fin prêt à affronter le Crew samedi à Columbus

Le message de Mauro Biello a passé.  L'intensité a grimpé d'un cran et les joueurs se disent prêts à se battre contre le Crew samedi à Columbus.

Un texte de Jacinthe Taillon

« Quand le collectif est bien défensivement et offensivement, on est une équipe difficile à battre et il faut revenir là-dessus, note Patrice Bernier. Depuis lundi, on le voit l'intensité à l'entraînement est là. Ça devient tendu, mais c'est bon. C'est ce qu'on a besoin que les gars se battent, qu'ils sentent qu'il y a une compétition pour chaque poste. »

Michael Salazar en est un bel exemple. Le jeune attaquant n'a pas que sa chevelure pour se faire remarquer. Il a aussi son sourire. Et son jeu physique.

Malgré son peu d'expérience en MLS, il affiche une bonne humeur et une candeur qui plait aux journalistes et inspire ses coéquipiers.

« C'est un gars qui est arrivé depuis la présaison souriant. Il fait son boulot, il ne se casse pas la tête et, des fois, c'est mieux comme ça parce qu'il n'analyse pas trop. Il vient, il bosse et il attend son tour, explique le capitaine Bernier. Là, son tour est arrivé. »

Son style de jeu très physique lui permet aussi de se démarquer. 

« C'est une de mes grandes forces, lance Michael Salazar. Je suis très fort dans les airs! C'est quelque chose que je dois utiliser à mon avantage. »

 « C'est un bosseur qui met son corps si vous voulez dans la balance. Sa force c'est ça, soutient Wandrille Lefèvre. Techniquement, il est solide, mais ce n'est pas sa force. Sa force à lui c'est de garder le ballon. »

Salazar fait maintenant partie des « options » de l'entraîneur-chef Mauro Biello.

« Avec l'énergie qu'il amène quand il entre (dans la formation), ça nous donne un souffle. Quand à moi, ça me donne une option de l'utlilser du banc ou comme partant. Un gars qui a faim de travailler et qui a faim de tout donner, c'est important parce qu'on a besoin de ça des fois. »

D'un Kamara à l'autre

L'Impact peut se réjouir de l'absence de Kei Kamara samedi à Columbus.  Par contre, il devra se méfier de son remplaçant... Ola Kamara.  Ce dernier a inscrit quatre buts à ses deux derniers matchs dont un tour du chapeau le 28 mai contre le Real Salt Lake.  

« Ce Kamara là, il est un peu comme son homonyme, affirme Lefèvre. Il est bon dans la surface et c'est quelqu'un qui attire le ballon. Il a le sens du but aussi donc ça va être un défi de la même sorte en réalité. Même s'ils ont changé l'attaquant le principe reste le même. »

Le dernier match entre l'Impact et le Crew s'est terminé par la marque de 4-4.

Plus d'articles

Commentaires