Retour

L’Impact, près de retrouver le plaisir de jouer?

Il y avait longtemps qu'on avait entendu ces mots-là des joueurs de l'Impact de Montréal: se libérer, se responsabiliser, l'esprit du guerrier.

À deux jours du match contre le Dynamo de Houston au Stade Saputo, on sent qu’un déclic s’est produit en cours de semaine. Le coup de fouet qu’a servi le défenseur Chris Duvall à certains de ses coéquipiers à l’entraînement mardi n’a pas été vain. Au contraire.

À force d’accumuler les mauvaises notes au cours de sa malheureuse séquence de quatre défaites par blanchissage, la troupe de Rémi Garde a fini par manquer d’oxygène, étouffée par sa propre incapacité à trouver la sortie. Son jeu s’en est donc trouvé stérile, coincé et complexé.

« La situation actuelle nous permet aussi de nous dégager d’un étau par rapport à notre façon d’aborder les matchs, a repris Daniel Lovitz. J’ai parlé avec beaucoup de gars de l’équipe. Le moral est en hausse et il y a la nécessité de se libérer du poids de la pression. La chose la plus importante est de retrouver le plaisir de jouer à domicile et d’enfin offrir à nos partisans et à nous-mêmes un résultat dont nous sommes fiers. »

L’entraîneur-chef a renchéri, inspiré pourrait-on penser par le tournoi de Roland-Garros. « C’est comme un tennisman. Si on ne lâche pas ses coups ou si on est trop tendus tous à la moindre chose qui ne se passe pas bien, ça va être très compliqué », a-t-il imagé.

Les dernières semaines ont été aussi éprouvantes pour Garde que pour ses joueurs. Le changement d’attitude qui s’amorce arrive à point nommé.

« Moi, je suis là pour que le groupe vive bien, mais sans aller jusqu’à l’autogestion par les joueurs qui n’est pas mon mode de fonctionnement, a-t-il nuancé. Je suis effectivement satisfait quand il y a des choses qui se passent dans le groupe et que ça reste dans la mesure du respect des uns et des autres. C’est très important et j’espère que la semaine de travail qu’on a eue et ce qui s’est passé peuvent nous être bénéfiques. »

Affrontement contre Houston

Encore cette semaine, l’Impact affronte une équipe en bien meilleure posture. Le Dynamo occupe la 6e position de l’Association de l’ouest avec une fiche de cinq victoires, quatre défaites et trois matchs nuls. Sa moyenne de point par match est de 1,5. Celle de l’Impact a dégringolé à 0,69.

En plus, le Dynamo comporte des armes de choix en ses deux attaquants Romell Quioto et Alberth Elis, au grand plaisir de Daniel Lovitz. « C’est beau de les voir jouer. Ils ont des joueurs très dynamiques dans les positions offensives. Comme défenseur, c’est motivant. C’est pour ce genre de match que tu veux jouer. À ma position, je vois toujours les meilleurs joueurs de chacune des équipes. C’est une très belle occasion pour moi. »

Rémi Garde fait d’ailleurs appel à la vigilance de sa troupe en défense. « Ce sera important dans les couloirs de ne pas avoir trop de un contre un, mais d’être capable de venir aider ses coéquipiers. Il faudra démontrer beaucoup de solidarité. Houston est une équipe qui est dangereuse, dangereuse à l’extérieur. Ils ont battu New York aussi donc ça démontre la qualité de cet effectif », explique Garde.

L’Impact pourrait d’ailleurs profiter d’un tandem trop rarement vu en défense centrale puisque Rudy Camacho et Rod Fanni pourraient bien se retrouver.

Il faut laisser les 48 heures qui nous séparent du match pour voir comment les joueurs se sentent après la semaine d’entraînement. De voir Rudy revenir à l’entraînement est quelque chose de très important, comme de pouvoir compter sur Rod qui, on le répète chaque semaine, est quelqu’un d’important dans le groupe à beaucoup de niveaux.

L’état d’esprit de Nacho

Ses coéquipiers et son entraîneur l’ont confirmé à quelques reprises. Ignacio Piatti a été troublé par les propos du président, Joey Saputo, lorsqu’il a évoqué le fait de se débarrasser de son contrat pour embaucher des joueurs à moindre coût.

Rémi Garde a dit s’être entretenu avec son attaquant au cours des derniers jours. Questionné sur l’état d’esprit actuel de l’Argentin, Garde a répondu avec un large sourire : « Vous verrez. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine