BILLET - Le Canadien vient de renvoyer Marc Bergevin à sa planche à dessin. Le directeur général a fait tout ce qu'il a pu pour améliorer l'attaque de son équipe avant la saison qui s'achève. Mais ce n'était pas suffisant. Et ses options sont encore plus limitées qu'il y a un an...

Je vous entends rêver. Le fameux gros joueur de centre que Montréal espère depuis deux décennies revient hanter vos cauchemars. Il existe… Mais il joue ailleurs. Toujours ailleurs.

Théoriquement, il existe trois façons d’ajouter un tel joueur à l’équipe.1. Les joueurs autonomesÉliminons tout de suite le marché des joueurs autonomes. Il n’y a rien de bien reluisant cette année. C’est d’ailleurs le cas depuis cinq ans. Nick Bonino est le plus beau « fleuron » dont on puisse rêver. Il y a aussi Martin Hanzal, peut-être. Mais pas de matériel de premier trio.

Et même si l'on élargit la recherche à l’ensemble des attaquants, ce n’est pas riche.L’an dernier, Marc Bergevin a bien joué ses cartes et a mis la main sur Alexander Radulov. Bravo! Cette année, il y a 30 directeurs généraux qui vont tenter de le lui prendre.

2. Le repêchageDepuis cinq ans, le repêchage a fourni, en moyenne, trois attaquants de pointe par année aux équipes de la Ligue nationale. Trois! Pour 30 équipes!Et vous savez comme moi que les MacKinnon, McDavid, Matthews, Laine et autres Draisaitl sont déjà disparus quand vient le temps, pour le CH, de repêcher.Bergevin pourrait améliorer son rang. Mais ça coûte cher.3. Les échangesPour recevoir, il faut donner. Si vous êtes un collègue et rival de Bergevin en ce moment, que le téléphone sonne et que le directeur général montréalais vous offre Nathan Beaulieu ou Alex Galchenyuk, vous hésitez un peu avant de lui donner Sidney Crosby.

Pour dégoter un attaquant de pointe, Marc Bergevin a dans sa manche une valeur d’échange remarquable, une seule. Elle s’appelle Carey Price. Des équipes comme Philadelphie (Giroux, Voracek) Winnipeg (Ehlers, Wheeler), Colorado (Duchene, MacKinnon) et les Islanders de New York (Tavares) pourraient commencer à écouter avec un nom comme celui de Price.Mais le DG du Tricolore a été clair : Price n’est pas à échanger.Patience…Alors on va vous demander de patienter. Eh oui!Marc Bergevin va peut-être sortir un autre lapin de son chapeau, mais lui aussi devra être patient, ne serait-ce que pour protéger ses propres pions.Nathan Beaulieu a connu des séries difficiles. Mais regardez-y de plus près. Il a été repêché au 17e rang en 2011. Depuis, aucun défenseur repêché au-delà de ce rang n’a fait mieux que lui pour ce qui de la production ou du temps de jeu. Aucun.Dans les séries, Alex Galchenuyk était plus perdu que le Chaperon rouge. Mais on n’échange pas un joueur quand sa valeur est au plus bas. Ça s’applique pour lui comme pour Beaulieu.

Bon été!Oui, bon été Marc Bergevin!Je conserve ma confiance en lui. Je ne suis pas de ceux qui lui reprochent la fin de saison de son équipe. Je dirais même qu’il a fait de l’excellent travail.Mais soyons réalistes. Il part à la pêche sur un étang et il aura bien du mérite s'il nous ramène un requin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine