Retour

L'imprévisibilité : la seule constante chez le CH cette saison

BILLET – Pour faire image, on pourrait dire que le calendrier régulier du CH a ressemblé à ces émissions de rénovation qu'on diffuse sur les chaînes spécialisées.

Durant la spectaculaire première moitié, tout le monde disait que la fenêtre (vers la coupe Stanley) était ouverte. Puis la structure s’est mise à vaciller, et Michel Therrien a pris la porte. Marc Bergevin s’est alors lancé dans une opération de « transformation extrême », en dépensant 25 millions pour confier son chantier à Claude Julien, qui dirigeait les Bruins une semaine plus tôt.

Nous sommes au début avril. Les séries débutent mercredi. Et la maison ne ressemble plus du tout à ce qu’elle était en octobre.

Quelle saison étrange !

***

Le Canadien a passé toute la saison au premier rang de sa division et il s’est façonné la septième meilleure fiche de toute la LNH. Pourtant, l’entraîneur qui avait entrepris la campagne a été viré à la mi-février. Et très rares sont les joueurs encore assis sur la chaise qu’on leur destinait à la fin du camp d’entraînement.

  • C’était censé être l’année de la grande éclosion pour Alex Galchenyuk, que plusieurs observateurs croyaient destiné à occuper le poste de premier centre pour les dix prochaines années. Or, l’attaquant de 23 ans entreprendra les séries à titre d’ailier gauche du troisième trio, une responsabilité qu’il a eu peine à assumer au cours des dernières semaines.
  • Phillip Danault occupait le flanc gauche du quatrième trio quand la saison s’est mise en branle, et son ailier droit était… Paul Byron. Mercredi face aux Rangers, Danault pivotera le premier trio et aura pour mission de faire produire Max Pacioretty et Alex Radulov. Byron? Il a inscrit 23 buts et il est désormais considéré comme un intouchable, sur le flanc gauche, au sein du top six offensif.
  • Andrew Shaw avait été acquis l’été dernier pour compléter une opération de reconstruction du flanc droit (en plus de l’arrivée d’Alex Radulov). Ça faisait quatre ans que Bergevin cherchait de la stabilité à cette position. À défaut de mieux, Shaw est redevenu un centre dans le dernier quart du calendrier et il pivote la troisième unité.
  • On se disait qu’à 38 ans, Andrei Markov devait absolument être moins utilisé et déchargé de certaines responsabilités. Mais peu après son embauche, Claude Julien s’est rendu compte qu’aucun autre arrière de l’organisation ne complète mieux Shea Weber que le flegmatique vétéran russe. Dans exactement une semaine, Weber et Markov totaliseront ensemble 70 ans d’âge. Dans la LNH, aucun autre premier duo de défenseurs n’est aussi âgé. Mais ça marche.
  • Et que dire de Nathan Beaulieu, qui boucle sa saison au sein de la troisième paire de défenseurs après avoir disputé les premières parties du calendrier aux côtés de Weber.
  • Depuis des temps immémoriaux, les partisans du CH s’étaient résignés à encourager une petite équipe rapide qui apparaissait souvent démunie contre les adversaires plus costauds et affectionnant la robustesse. Mais à la date limite des transactions, Bergevin a jeté le code génétique de sa formation par-dessus bord. Certains soirs, le CH aligne désormais un quatrième trio dont les membres (Dwight King, Michael McCarron et Andreas Martinsen) mesurent en moyenne plus de 6 pieds 4 pouces et pèsent collectivement près 700 livres.

On dirait quasiment un récit de science-fiction…

***

Un vieux dicton veut que la stabilité soit le plus grand facteur de succès dans l’impitoyable monde du sport professionnel.

Or, depuis le premier jour de cette folle saison 2016-2017, le changement et les revirements de situations ont donc été les deux seules constantes chez le Canadien.

Après avoir signé un (autre) début de campagne historique, le club a affiché la deuxième pire fiche de la LNH entre la période des fêtes et le renvoi de Therrien.

Comment peut-on passer du sommet du classement au fond du baril comme ça, en un claquement de doigts ? Allez savoir.

Même Carey Price s’est détraqué en cours de route. Après avoir connu l’un de ses meilleurs débuts de saison en carrière, le meilleur gardien au monde a inexplicablement piqué du nez entre le début décembre et la mi-février, période durant laquelle il a peiné à maintenir une moyenne d’efficacité de ,900.

***

Lorsqu’on jette un regard aux autres formations occupant l’un des 10 premiers échelons de la LNH, il est impossible d’en dénicher une ayant connu un parcours aussi sinueux que celui du CH.

C’est un facteur dont il faudra tenir compte avant de tenter de prédire l’issue de la série qui opposera les hommes de Claude Julien aux Rangers d’Alain Vigneault.

Si la tendance se maintient, les partisans ne sont pas au bout de leurs surprises.

  • La brigade défensive sera-t-elle en santé ?
  • Lequel des deux Shea Weber se présentera en séries ? Celui qui présente un bilan défensif (en carrière) de +68 en saison régulière, ou celui qui affiche -9 en séries?
  • Markov résistera-t-il aux assauts que les Rangers lanceront systématiquement à son endroit ?
  • Artturi Lehkonen deviendra-t-il un héros en séries, comme il l’avait été en Suède la saison dernière ?

La seule chose qui soit certaine, c’est qu’on ne s’ennuiera pas au cours des prochaines semaines.

Plus d'articles

Commentaires