Retour

L'Itinéraire lance un numéro consacré aux femmes autochtones

À l'ère des discours tonitruants sur la réconciliation et le vivre-ensemble, le magazine l'Itinéraire, connu pour ses initiatives de réinsertion sociale auprès des personnes itinérantes, a voulu contribuer à sa façon à construire des ponts entre les différentes communautés du pays en dédiant son plus récent numéro aux femmes autochtones.

Un texte de Vanessa Destiné

« On a commencé en se disant qu’on allait faire un numéro spécial sur les Autochtones, mais à force de parler aux gens, on s’est rendu compte que ce qui revenait souvent, c’était les femmes. On parlait de transmission de la culture, c’était les femmes. On parlait d’intervention, c’était les femmes. Elles ressortaient beaucoup », explique Josée Panet-Raymond, rédactrice en chef du magazine.

Et pour cause. Au cours des derniers mois, les femmes autochtones ont été au cœur de plusieurs discussions, parfois nationales, sur la violence qui afflige leurs communautés.

Elles ont été très souvent dépeintes comme des victimes, mais on aurait tort de ne les voir qu’à travers ce filtre, insiste Mme Panet-Raymond. « Oui, il y a des enjeux dont on parle [dans ce numéro] qui sont des incontournables comme l’itinérance, on parle aussi des femmes assassinées ou disparues et des questions qu’on entend beaucoup dans les médias, explique-t-elle. Mais on parle aussi des [femmes] en milieu urbain, de traditions et de transmission de la culture.

Afin de montrer toute la complexité des femmes autochtones, l’équipe de l’Itinéraire a fait appel aux services de la poète et chanteuse innue Natasha Kanapé-Fontaine. Cette dernière signe un éditorial où se recoupent des thèmes qui lui sont chers tels que la place de la femme autochtone dans la société moderne.

« [La question de la place des femmes] c'est quelque chose sur lequel je me base beaucoup dans mon propre travail et mes propres réflexions. Avec tout ce qui se passe autour de l'Enquête nationale sur les femmes autochtones, on parle plus de la commission d'enquête que des femmes disparues et assassinées », affirme-t-elle.

Mme Kanapé-Fontaine croit que ce numéro pourra aider le grand public à mieux comprendre comment les femmes autochtones modernes pensent leur rôle dans une société en pleine mutation.

« Je voulais démontrer que nous pensons différemment, que les femmes autochtones ont une vision de leur culture, de la transmission de leur culture aux prochaines générations. Nous avons une conscience du passé et du futur. On actualise nos traditions et nos philosophies de sorte qu'on peut les apporter à la société », explique-t-elle.

Josée Panet-Raymond abonde dans le même sens. « Natasha l'a tellement bien dit, on veut créer des ponts. C'est LA raison pour laquelle on a fait ce magazine. Il y a tellement de désinformation et de conceptions erronées sur les peuples autochtones. Je pense que c'est important [de parler d'eux] comme on parlerait de n'importe qui », soutient-elle.

« Je trouve qu'au niveau de l'art, de la mode, de la musique, il se fait des choses extraordinaires, c'est le temps d'en parler », ajoute-t-elle.

La magie a également opéré pour Isabelle Raymond, camelot-rédactrice à L'Itinéraire, qui signe un article sur l'itinérance chez les femmes autochtones. Mme Raymond affirme que le numéro lui a permis d'en apprendre plus sur leur réalité, notamment l'esprit de communauté omniprésent.

« J'ai appris que les réalités des [femmes autochtones itinérantes] est bien différente de celle des itinérants non autochtones. Malgré le fait qu'elles soient dans la rue, elles restent plus soudées à leur famille que les personnes non autochtones [dans la même situation]. J'ai aimé ça parce que j'ai beaucoup appris, raconte-t-elle.

Le nouveau numéro sur les femmes autochtones sera distribué dès samedi, mais un lancement officiel est également prévu le 15 août au Café de la Maison Ronde, l’unique restaurant autochtone de la métropole qui est également géré par L’Itinéraire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine