Les étudiants de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) devront trouver un autre endroit que leurs bibliothèques pour effectuer lectures, travaux ou recherches le dimanche. L'établissement ferme ses six bibliothèques, les dimanches, à compter du 6 septembre prochain en raison des « dernières compressions budgétaires » imposées par Québec.

La mesure sera en vigueur pour le trimestre d'automne 2015 et elle sera révisée en prévision du trimestre de l'hiver 2016.

La direction du Service des bibliothèques a pris cette décision en espérant toucher le moins possible le service aux étudiants comme le réclame le ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR), François Blais. L'établissement souligne que le nombre de prêts et d'entrées enregistrées aux portes de ses bibliothèques ne représente que 3 % des activités de son réseau.

« [...] la fermeture des bibliothèques cette journée de la semaine représente, dans les circonstances, le choix le moins dommageable pour les étudiants et l'ensemble de la communauté », a indiqué la direction du Service des bibliothèques par voie de communiqué.

Les compressions budgétaires dans le réseau de l'Éducation sont dénoncées par les syndicats d'enseignants, les comités de parents, plusieurs commissions scolaires et des regroupements de parents en cette journée de rentrée scolaire à Montréal. Les diverses associations promettent de faire entendre leur mécontentement au cours des prochaines semaines.

Quant au premier ministre Philippe Couillard, il reconnaît le droit des citoyens à manifester son désaccord, mais il a réitéré la détermination de son gouvernement de parvenir à l'équilibre budgétaire. « Les opinions sont entendues, mais le gouvernement ne changera pas son mode de décision selon les manifestations ou des expressions d'insatisfactions », a déclaré M. Couillard depuis le caucus du Parti libéral du Québec (PLQ) à Saint-Georges, en Beauce.

« Je comprends que les gens s'expriment », a ajouté M. Couillard. « Mais, qu'on soit très clair, le plan du gouvernement reste inchangé : l'équilibre budgétaire ce n'est pas une théorie - comme le dit M. Péladeau [Pierre Karl, le chef du Parti québécois] - c'est un élément essentiel. »

Plus d'articles

Commentaires