Une page d'histoire du cinéma de répertoire se tourne à Montréal avec la fermeture définitive du club vidéo montréalais Boîte Noire, qui connaît une baisse marquée de son chiffre d'affaires. Le commerce vient d'amorcer la vente à rabais de sa collection unique de documentaires, de films d'animation et de séries télévisées.

Un texte de Dominic Brassard

Tôt vendredi matin, une file de clients longue d'une centaine de mètres attendait l'ouverture du club vidéo de l'avenue Mont-Royal pour mettre la main sur les œuvres les plus rares et les plus marquantes du cinéma québécois et international.

Un client, Mathieu Hébert, se désole de cette fermeture, même s'il espère y faire de bonnes affaires. « C'est triste, mais en même temps, pour ma collection personnelle, j'aime ça! Mais ça va laisser un vide quand même. Il y a plusieurs films qu'on ne verra peut-être plus jamais. »

Dans cette même file, un ancien étudiant en cinéma, Pierre-Marc Tremblay-Grandbois, déplore la fermeture prochaine de l'institution montréalaise. « Il y a des films ici qu'on retrouve difficilement sur Internet. Mais je ne pense pas que ça va se perdre. Avec Internet, il y a tout le temps une façon. Rien ne disparaît, tout change! Mais on perd une facilité à trouver ces films-là. »

Au total, près de 39 000 œuvres cinématographiques sont ainsi mises en vente. Les plus rares exemplaires ont été acquis par Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Les autres films seront vendus au grand public jusqu'au 12 mai, alors que la location de certains films se poursuivra jusqu'en juillet.

Le deuil est fait

Les employés de la Boîte Noire ont ouvert les portes avec une certaine tristesse, même s'ils s'attendaient depuis un certain temps à cette fermeture. Pour Jérémie Leclerc, qui travaille dans ce club vidéo, il paraît évident que les nouvelles technologies ont changé les choses. « D'année en année, tu remarques de moins en moins d'engouement pour essayer de découvrir différents films. Je pense que ça en dit long sur la culture du cinéma en général pour le mieux ou pour le pire. »

Le propriétaire et fondateur de la Boîte Noire, François Poitras, se montre quant à lui résigné. « Mon deuil est fait depuis un moment. S'il y a une tristesse, c'est simplement que ça aurait été le fun d'arriver à poursuivre ça autrement et qu'il y ait une continuité avec ou sans moi. »

La Boîte Noire a été ouverte en 1986.

Plus d'articles

Commentaires