Retour

La Caisse annonce un projet de SLR d’envergure pour Montréal

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ ) n'hésite pas à parler du projet le plus important des cinquante dernières années en transport en commun à Montréal. Il y aura 24 stations et 67 kilomètres de rails, soit la même longueur que le métro de Montréal.

Avec les informations de François Cormier

Ce système léger sur rail (SLR) électrique et entièrement automatisé, qui sera intégré aux réseaux de transport existants, fonctionnera 20 heures sur 24, 7 jours sur 7. CDPQ Infra, filiale de la Caisse, prévoit qu'au moins 150 000 passagers l'utiliseront chaque jour.

Les trains se rendront non seulement à l'Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, mais aussi à Sainte-Anne-de-Bellevue (Ouest de l'île), Deux-Montagnes (Rive-Nord) et Brossard (Rive-Sud) en empruntant le nouveau pont Champlain.

Les coûts de construction du SLR sont estimés à 5,5 milliards de dollars. La Caisse de dépôt et placement désire y investir 3 milliards de dollars. Le reste du financement devra provenir des gouvernements du Canada et du Québec.

« Je demande aux gouvernements du Canada et du Québec de répondre présent », a lancé le maire de Montréal qui, optimiste, a rappelé que le premier ministre Justin Trudeau a déjà promis des investissements importants dans le transport collectif.

Le PDG de la Caisse Michael Sabia a précisé qu'il ne leur demandait pas de subventions, mais a plutôt fait valoir qu'il s'agissait d'une occasion d'affaires, soulignant qu'ils profiteront de retours sur leurs investissements grâce à la rentabilité du projet. 

La Caisse de dépôt prévoit que les travaux s'amorceront dès le printemps 2017 en prévision d'une entrée en service partielle en 2020. La CDPQ prévoit qu'il sera terminé en 2021. En 4 ans, il devrait générer 7500 emplois directs et indirects par année.

À terme, le service doit offrir 160 départs par jour avec une intensification du service à un train toutes les trois minutes aux heures de pointe. Cinq stations pourraient éventuellement être ajoutées aux 24  projetées.

Temps de déplacements prévus :

- De la Rive-Sud (Dix-30) au centre-ville : 15 à 20 minutes
- De l'aéroport au centre-ville : 25 à 30 minutes
- De l'ouest de l'île au centre-ville : 35 à 40 minutes de Sainte-Anne-de-Bellevue
- De Deux-Montagnes au centre-ville : 35 à 40 minutes.

Échéancier prévu :

. Printemps 2016 : Consultations
. Fin été 2016 : Audiences publiques du BAPE
. Automne 2016 : Appel de propositions auprès des consortiums qualifiés
. Fin 2016/début 2017 : Décision finale requise des gouvernements
. Hiver 2017 : Décret environnemental
. Printemps 2017 : Clôture financière
. Printemps 2017 : Début de la réalisation
. 2020 : Mise en service des premières rames

Carte du Réseau électrique métropolitain (REM) - Stations

Une occasion commerciale pour la CDPQ

« Les objectifs se résument en trois mots : simplicité, fiabilité et fluidité », a déclaré M. Sabia, qui estime que le SLR pourrait s'avérer être une « puissante locomotive économique » pour Montréal.

D'autant plus, estime le PDG de la Caisse, qu'il doit être rentable, puisque la Caisse est le bas de laine des Québécois et permet notamment de payer les rentes des retraités de la province. 

« Il faut générer du rendement pour payer les pensions des Québécois », a insisté M. Sabbia. « C'est un principe incontournable, notre point de départ. »

Il n'a sinon pas manqué de souligner qu'en payant son billet, un usager investira ainsi dans son régime de retraite tout en contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province.

La Caisse fonde ses objectifs de rentabilité sur la base du fort achalandage anticipé.

Mais malgré les impératifs commerciaux, le projet doit demeurer abordable pour les usagers. Sans avancer de tarifs, M. Sabbia a promis qu'ils seront « dans la fourchette de l'offre actuelle ».  Et le maire Coderre de préciser : « ce n'est pas un luxe, on veut que les gens le prennent ».

Une signature pour Montréal

Outre les aspects économiques et commerciaux, le maire Coderre estime que le SLR contribuera également à faire rayonner la Ville de Montréal sur la scène internationale.

« Parmi les principales caractéristiques des grandes métropoles, aucune ne marque autant l'imaginaire collectif que l'infrastructure de transport collectif », a déclaré le maire Coderre.

Le maire cite les 1000 kilomètres de métro de New York, le train aérien de Dubaï, le téléphérique de Medellín, en Colombie, de même que les réseaux de transport de Paris, Londres, Munich, Hong Kong, Séoul et Vancouver, pour illustrer son propos.

Le maire Coderre a comparé le projet de SLR à celui du métro dans les années 1960. « Montréal acquiert un titre de plus parmi les capitales de la Terre », avait déclaré le maire Jean Drapeau lors de l'inauguration du métro de Montréal le 14 octobre1966, a rappelé M. Coderre.

Le SLR contribuera également à réconcilier la banlieue et le centre-ville de Montréal. « Ce n'est pas la banlieue contre la Ville de Montréal, on est en train de se donner une métropole avec un centre-ville fort et une périphérie. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine