Retour

La Caisse de dépôt et le CN s'entendent sur l'aménagement du REM

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a dévoilé mercredi d'importantes modifications au tracé de son futur train électrique en plus d'une entente avec le Canadien National (CN) lui permettant d'optimiser son futur Réseau électrique métropolitain et de mieux l'intégrer au tissu urbain.

Plusieurs impacts environnementaux, patrimoniaux et urbains sont évités dans ce nouveau plan de match, en partie en raison de l'achat de la structure aérienne du CN qui mène à la Gare centrale, où passera le futur train.

Découle aussi de l'entente la préservation de l'édifice Rodier, du New City Gas et du Drummond McCall. Trois rues dans le quartier Griffintown - Saint-Paul, William et Dalhousie - parmi les quatre qui devaient être fermées dans le plan initial pourront être sauvées. Et ils ont convenu de l'installation d'un passage du système léger sur rail (SLR) sous les voies du CN dans le quartier Pointe-Saint-Charles.

Vu l'inquiétude de nombre d'environnementalistes, la CCPQ a décidé de faire plonger sous terre plus rapidement son tracé vers l'aéroport pour éviter qu'il empiète sur les milieux humides du parc-nature des Sources. Du côté du Parc nature de l'Anse à l'Orme, ce sont les stationnements incitatifs et le terminus qui sont déplacés afin de ne pas toucher au milieu humide et aux petites bêtes qui y résident comme la rainette faux-grillon.

Autre point corrigé : la connectivité du SLR avec le service de métro de la ville de Montréal. Il est prévu que le train passe par les stations McGill et à Edouard-Montpetit, incluant un arrêt par les Bassins Peel. Les soumissionnaires devront les inclure dans leur plan.

Le nombre d'expropriations a également été revu à la baisse en raison de la réorganisation. Il est passé de 150 à 60 propriétés, dont 30 résidentielles. Environ 80 % du tracé sera installé en bordure des routes ou du chemin de fer, soit une réduction de 10 % par rapport au dernier plan.

La CDPQ indique prévoir tout de même de s'installer sur des terres agricoles, mais compenserait ce manque en convertissant des lots non agricoles, en aménageant des serres sur les toits de ses installations et d'établir des marchés publics dans ses stationnements la fin de semaine venue.

Plus d'articles

Commentaires