Retour

La campagne électorale s'invite au défilé de la Fierté à Montréal

Tous les chefs de partis fédéraux, à l'exception du chef conservateur Stephen Harper, ont assisté dimanche après-midi à Montréal au défilé de la Fierté.

Justin Trudeau, Thomas Mulcair, Gilles Duceppe et Elizabeth May n'ont pas manqué de déplorer l'absence du chef conservateur. « C'est un choix que M. Harper fait depuis longtemps. On n'en est pas surpris, mais c'est décevant », a dit le chef libéral Justin Trudeau. « Il envoie un mauvais signal. Son absence est notée chaque année et ça démontre un certain manque d'intérêt envers la protection des droits des LGBT [lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres] au Canada », a renchéri le chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

Le chef du Bloc québécois a été encore plus incisif. Gilles Duceppe a affirmé que Stephen Harper n'avait « strictement rien fait » pour les lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres pendant ses neuf ans au pouvoir. « C'est une mentalité carrément dépassée. Malheureusement, ça existe à l'international. On voit ça en Russie, en Chine, en Afrique. Il devrait regarder qu'aux États-Unis, là, ça vient de progresser », a-t-il ajouté.

Le président fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault, n'est pas surpris qu'aucun représentant du Parti conservateur n'ait accepté l'invitation, et il respecte la décision. Cependant, il fait le constat que les revendications de la communauté LGBT ne sont certes pas une priorité pour le gouvernement sortant.

M. Pineault note que le gouvernement conservateur a grandement coupé dans l'aide accordée aux organismes oeuvrant dans la communauté ces dernières années.

Il souligne également que la Semaine de la Fierté n'a reçu cette année que 34 000 $ du gouvernement fédéral, comparativement aux 260 000 $ alloués par le gouvernement du Québec.

Tous les partis politiques provinciaux et municipaux de Montréal ont aussi délégué des représentants au défilé. Plusieurs autres personnalités du monde artistique et syndical, notamment, étaient également présentes.

Selon les organisateurs, plus de 200 000 personnes étaient massées le long du parcours.

Cette année, pas moins de 126 contingents et 3000 marcheurs ont pris part au défilé qui a sillonné le boulevard René-Lévesque entre les rues Guy et Sanguinet.

Un moment de silence a été observé vers 14 h 45 pour les victimes du VIH et de l'homophobie.

La semaine de Fierté Montréal se terminera par un rassemblement et un spectacle au parc Émilie-Gamelin.

Plus d'articles

Commentaires