Retour

La CMM soulève des préoccupations sur le projet de SLR

EXCLUSIF - Un document de travail de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) obtenu par Radio-Canada révèle que des questions préoccupantes restent sans réponses concernant le projet de Réseau électrique métropolitain (REM) de 5,5 milliards de dollars.

Un texte de Julie Marceau

Le document, rédigé par la Commission d'aménagement de la CMM avant le dépôt de l'étude d'impact, se questionne notamment sur les prévisions d'achalandage et l'impact du REM sur les réseaux d'autobus, de métro et de trains de banlieue.

Les auteurs de l'évaluation s'interrogent aussi sur la répartition des coûts et des recettes tarifaires. Ils soulèvent également des questions sur les modalités d'achat d'infrastructures publiques, comme la ligne Deux-Montagnes ou le tunnel Mont-Royal.

« C'est extrêmement important d'avoir ces réponses-là pour voir si c'est vraiment une amélioration pour les usagers et pour les futurs usagers potentiels. [...] Les études d'achalandage, malheureusement, elles n'ont pas été encore rendues publiques », souligne le président de Transport 2000, François Pepin.

L'organisme a formulé au mois de mai une quarantaine de questions sur le projet. « Pour l'instant, elles restent toutes sans réponses [...] Même le ministère des Transports a énormément de questions », indique-t-il.

Dans un avis déposé au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), le ministère des Transports conclut effectivement que « certains éléments apparaissent incomplets [...] » et qu'il est dans ce contexte « difficile d'établir que la solution proposée est la meilleure ».

Le ministère ajoute que l'étude d'achalandage de Steer Davies Gleave de mars 2016 « devrait être rendue publique ».

La Caisse de dépôt rassurante

Jean-Vincent Lacroix, le porte-parole de la CDPQ Infra, la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec responsable du projet, estime que les questions de la CMM sont normales à cette étape du projet.

Plus de 3000 pages d'avis, de consultations et de documents liés à l'étude d'impact de la CDPQ Infra ont été déposées en juillet au BAPE. Les audiences publiques débuteront le 29 août.

Pas d'inquiétudes, estime la Ville de Montréal

En réponse à une demande d'entrevue avec Richard Bergeron, la directrice des communications du cabinet du maire, Catherine Maurice, a indiqué à Radio-Canada qu'aucune entrevue ne serait accordée à ce sujet.

« Les questions dont vous faites mention sont des questions pointues, pertinentes et nécessaires proposées dans un document de travail dans le but d'alimenter les discussions autour des trois orientations du PMAD, soit l'aménagement, le transport, l'environnement », a indiqué Mme Maurice.

« Monsieur Richard Bergeron [...] n'a aucune inquiétude quant au projet du REM », écrit la directrice.

La Ville de Montréal répète qu'il s'agit d'un projet d'envergure qui aura des conséquences importantes sur l'économie, l'aménagement et le transport dans la région métropolitaine.

« Nous sommes pleinement satisfaits de la collaboration et des échanges constants que nous avons avec CDPQ-Infra », conclut Catherine Maurice.

La Commission d'aménagement, qui a préparé le document de travail, est constituée de membres de la Ville de Montréal, dont Richard Bergeron, de représentants de Laval et de Longueuil, ainsi que des maires de Sainte-Julie et de Saint-Eustache.

Le document a été rédigé en vue d'une rencontre en août avec les représentants de la CDPQ Infra.

La CMM évalue actuellement si le projet de REM correspond aux objectifs du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) du Grand Montréal.

La Commission prévoit consulter les 82 municipalités du Grand Montréal avant de remettre son rapport final, dont l'adoption est prévue en décembre. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine