Retour

La collecte de résidus alimentaires sera étendue à tout Villeray

La collecte de résidus alimentaires s'étendra à l'ensemble du quartier Villeray à compter de l'automne prochain, a annoncé mardi soir le conseil d'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Un texte de Jérôme Labbé

La mairesse de l'arrondissement, Anie Samson, a expliqué que le service actuel, accessible dans 23 000 foyers, sera étendu à 36 000 foyers en 2016. Les résidents des districts électoraux de Villeray et de François-Perreault - qui couvre aussi une partie du quartier Saint-Michel - seront entièrement desservis.

Dans Villeray, la collecte des résidus de table viendra remplacer celle des déchets, le vendredi, alors que les collectes de déchets et de matières recyclables du mardi seront maintenues. Un bac de cuisine, un bac brun et un paquet de sacs compostables seront remis aux foyers qui accepteront de se prêter au jeu.

Avec plus de 50 000 habitants, « le quartier Villeray, c'est l'équivalent de Rimouski, de Boucherville, de Saint-Hyacinthe », rappelle la conseillère du district de Villeray, Elsie Lefebvre. « Donc c'est une grande collectivité qui va être couverte, qui va pouvoir participer à diminuer notre empreinte écologique », se réjouit-elle, soulignant que 45 % du sac de déchets est composé de matières putricibles.

Des bacs bruns dans toute la ville d'ici trois ans

L'annonce de mardi soir s'inscrit dans un objectif plus large de l'administration Coderre, soit d'étendre le service à tous les immeubles de huit logements et moins de la métropole d'ici 2019. Mme Samson espère toutefois que les résidents de son arrondissement pourront tous y avoir accès dès 2018.

La collecte des résidus alimentaires dure 12 mois par année. Elle est financée par la ville-centre et, contrairement à la collecte des déchets - qui est parfois confiée à des entreprises privées -, ce sont des employés municipaux qui s'en chargent. Les arrondissements ont quant à eux la responsabilité d'identifier les secteurs où ils souhaitent que le service soit offert.

Actuellement, c'est dans Rosemont-La Petite-Patrie que l'on retrouve le plus grand nombre de foyers couverts par la collecte des déchets organiques, notamment parce que le service est offert dans de nombreux immeubles où l'on retrouve plus de neuf logements, ce qui est inhabituel à Montréal.

L'élargissement du service de collecte de résidus alimentaires se fera de façon progressive d'ici 2019. Ainsi, d'autres arrondissements pourraient procéder à des annonces similaires au cours des prochains mois.

Alternatives

Que faire si la collecte de résidus alimentaires n'est pas offerte chez soi, mais que l'on souhaite tout de même donner un coup de pouce à l'environnement?

En attendant 2019, le responsable de l'Éco-quartier Villeray, Thierry Sénécal, conseille de faire appelle à Compost Montréal, une entreprise privée qui, moyennant rétribution, collecte les résidus de table des Montréalais qui souhaitent diminuer leur empreinte écologique. « Vous pouvez même vous partager la facture avec vos voisins », suggère-t-il.

Des jardins collectifs et communautaires offrent aussi des plateformes de compostage.

Sinon, il est toujours possible de faire son compost chez soi. 

Enfin, « si vous avez un ami qui est desservi par la collecte de déchets alimentaires, vous pouvez toujours allez lui rendre visite chaque semaine avec vos petits sacs! », plaisante M. Sénécal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine