L'aventure politique de l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau au Parti québécois (PQ) n'aura duré que quelques mois. Retour sur son passage en politique québécoise en images et en citations.

9 MARS 2014 : LA PROFESSION DE FOI SOUVERAINISTE

C'est par le poing dans les airs que l'aventure politique de Pierre Karl Péladeau a commencé. Aux côtés de Pauline Marois, alors chef du PQ, il annonce qu'il sera candidat dans la circonscription de Saint-Jérôme.

7 AVRIL 2014 : PKP DEVIENT DÉPUTÉ

Après un mois de campagne, Pierre Karl Péladeau est élu député dans Saint-Jérôme et le Parti québécois forme l'opposition officielle. Le soir même, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, annonce qu'elle quitte ses fonctions.

19 MARS 2015 : DES PROPOS ET DES EXCUSES

C'est sur le réseau social Facebook que Pierre Karl Péladeau s'est excusé pour ses propos sur l'impact électoral de l'immigration et l'urgence de réaliser le projet souverainiste, qu'il a tenus lors d'un débat organisé par le Comité national des jeunes du Parti québécois, à l'Université Laval, dans le cadre de la course à la direction du PQ.

Il avait dit à ce sujet : « On n'aura pas 25 ans devant nous pour le réaliser. Avec la démographie, avec l'immigration, c'est certain qu'on perd un comté chaque année. » M. Péladeau a souvent utilisé Facebook pour communiquer directement ses messages.

15 MAI 2015 : LE NOUVEAU CHEF DU PQ

Avec 58 % des votes au premier tour, Pierre Karl Péladeau remporte sans surprise la course à la direction du PQ devant Alexandre Cloutier et Martine Ouellet, qui se sont ralliés à lui.

29 JUILLET 2015 : EN VÉLO AVEC LE BLOC

Quelques jours avant le déclenchement de la campagne électorale fédérale, Pierre Karl Péladeau s'est joint au chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, pour une virée en vélo.

15 AOÛT 2015 : LE MARIAGE AVEC JULIE

Chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau s'est marié avec la productrice et animatrice Julie Snyder à Québec; c'était l'un des événements mondains de l'année dans la capitale. Toute la classe politique s'était déplacée pour l'occasion. Ils ont annoncé leur séparation au début de l'année.

10 SEPTEMBRE 2015 : SES ACTIFS EN FIDUCIE

Devant les craintes de conflit d'intérêts, en raison de l'ampleur de ses actifs dans le secteur des médias et des télécommunications, le chef de PQ a confié son bloc de contrôle du conglomérat Québecor à une société mandataire administrée notamment par l'ex-PDG du Mouvement Desjardins Claude Béland. Ses adversaires politiques n'ont pas tardé à qualifier d'« artifice » et d'« écran de fumée » sa décision. 

28 JANVIER 2016 : DES RÉVÉLATIONS D'ENQUÊTE

L'émission Enquête révèle que lorsque Pierre Karl Péladeau était président de Québecor, de 1999 à 2012, son entreprise avait un ratio d'imposition de 12 %, en comparaison à 22 % pour l'ensemble des entreprises canadiennes. Quelques jours plus tôt, il avait réagi à ses révélations, toujours sur Facebook.

23 FÉVRIER 2016 : LA CRÉATION DE L'IRAI

Lors de la course à la direction du PQ, Pierre Karl Péladeau s'était engagé à créer un Institut de recherche scientifique pour analyser les bénéfices de l'indépendance du Québec. Après des mois de préparation, l'IRAI a été mis en place.

2 MAI 2016 : LA DÉMISSION

Invoquant des raisons familiales, Pierre Karl Péladeau annonce son retrait immédiat de la vie politique. Il a expliqué vouloir passer plus de temps avec ses enfants.

Plus d'articles

Commentaires