Retour

La danse contemporaine perd LA LA LA Human Steps

Le fondateur et directeur artistique de LA LA LA Human Steps, Édouard Lock, a annoncé mercredi la fin des activités de sa prestigieuse troupe de danse contemporaine.

Fondée à Montréal en juin 1980, LA LA LA Human Steps est reconnue partout dans le monde pour son travail novateur. La troupe a effectué nombre de tournées européennes et nord-américaines, se produisant notamment au Grand Palais du Kremlin à Moscou et au Palais Garnier à Paris.

Dans un texte publié sur le site web de la troupe, Édouard Lock explique que l'étau financier qui s'est resserré autour de son organisation, particulièrement lors de la dernière tournée, a eu raison de LA LA LA Human Steps.

La dernière création de la troupe s'est avérée un casse-tête financier pour ses administrateurs. Le rodage a été marqué par des problèmes de location de salle à Montréal et par de nombreuses blessures chez les danseurs. La faiblesse du dollar face à l'euro et l'incertitude financière de la troupe, dont 30 % du budget provient de l'aide gouvernementale, ont affecté sa compétitivité par rapport aux productions européennes.

Édouard Lock, qui a notamment mis en vente sa demeure pour maintenir la compagnie à flot, a opté pour des ententes de gré à gré avec ses créanciers plutôt que la faillite.

« Nos productions sont dispendieuses. Le salaire de nos danseurs est de 62 000 $ par année, ce qui est supérieur à beaucoup de compagnies au pays. Je ne voulais pas m'accrocher et tenter de survivre. Dans la dernière année, j'ai fait cinq productions, je suis encore très inspiré. »

Du quartier St-Henri aux grandes scènes du monde

La troupe a présenté sa première création en 1980 au Théâtre de l'Eskabel, dans le quartier St-Henri à Montréal. Elle a rapidement acquis une renommée internationale, collaborant notamment avec David Bowie et Frank Zappa.

LA LA LA Human Steps a lancé la carrière de nombre de danseurs et danseuses, parmi lesquels Louise Lecavalier, qui a travaillé au sein de la troupe pendant 26 ans avant de fonder sa propre compagnie, Fou Glorieux, en 2006.

En 2009, Édouard Lock était déjà passé près de mettre la clé dans la porte, sa compagnie étant durement touchée par l'abolition des programmes fédéraux d'aide aux tournées. La troupe avait finalement pu présenter sa création Amjad en Italie grâce à l'implication d'un producteur local.

Plus d'articles

Commentaires