Retour

La dépouille de « Pops » exposée en chapelle ardente

La dépouille du père Emmett Johns, qu'on appelait affectueusement « Pops », sera exposée en chapelle ardente jusqu'à vendredi soir dans le hall d'honneur de l'hôtel de ville de Montréal.

Les funérailles du père Johns, qui est mort le 13 janvier dernier à l'âge de 89 ans, seront célébrées le lendemain, samedi, dès 10 h 30 à la basilique Saint-Patrick.

La messe sera présidée par l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, tandis que l'ami et médecin du père Emmett Johns, le diacre François Lehmann, prononcera l'homélie.

Il ne s'agira pas de funérailles nationales, puisque Pops était un homme très simple, souligne la directrice générale de l'organisme, Cécile Arbaud.

« Moi, je crois que ce qu'il a transmis à tous les jeunes qui sont passés par Dans la rue et puis à toutes les personnes qu'il a côtoyées, c'est une immense ouverture, un accueil inconditionnel, qui est complètement nourri d'espoir, en fait, pour l'avenir des jeunes en particulier, estime-t-elle. C'est un homme d'un grand humanisme et aussi d'une grande détermination. »

Le père Emmett Johns est né et a grandi sur le Plateau Mont-Royal, à Montréal. Il a servi l'église comme curé dans différentes paroisses pendant 40 ans, avant de fonder Le Bon Dieu dans la rue en 1988, à l'âge de 60 ans.

Depuis, une roulotte de l'organisme – qui a changé de nom au fil du temps – sillonne les rues de Montréal afin d'apporter de l'aide et du réconfort aux jeunes sans-abri.

Selon un grand nombre de personnes qui ont profité des services de l'organisme, Emmett Johns incarnait le père des jeunes de la rue, celui qui leur tendait la main sans poser de question. Certains d'entre eux affirment qu'il leur a sauvé la vie.

Pops a aussi ouvert un refuge, baptisé Le Bunker, puis, en 1997, un Centre de jour, où les jeunes peuvent suivre des cours, participer à des ateliers d'art, de musique, d'informatique, en plus d'avoir accès à du soutien psychologique.

Le père Johns n'était plus très actif depuis les 10 dernières années. Il participait à certaines activités de l'organisme, mais ne venait plus régulièrement rencontrer les jeunes.

Plutôt que d'envoyer des fleurs, la population est invitée à faire un don à Dans la rue pour poursuivre l'oeuvre de Pops.

Plus d'articles