Retour

La Fondation Didier Drogba perd un commanditaire

La controverse provoquée par les révélations du journal britannique Daily Mail a fait perdre un commanditaire à la Fondation Didier Drogba. L'attaquant de l'Impact admet également qu'il procède à une révision de la gestion interne de sa fondation.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

« On est en plein dedans », a répondu Drogba à propos de l'évaluation du fonctionnement de sa fondation, mercredi, après l'entraînement de l'Impact.

Le Daily Mail révélait que moins de 1 % des quelque 3 millions de dollars amassés par la Fondation Didier Drogba en Angleterre depuis 2009 a été utilisé pour venir en aide aux enfants de la Côte d'Ivoire. Une seule clinique a été construite avec cet argent, mais elle n'est pas encore équipée ni en service.

Drogba a jusqu'ici martelé qu'il n'y a pas eu de malversation et que l'argent est encore dans les comptes de la fondation. Il prie le public de lui donner le temps de réaliser ses projets.

« C'est vrai que nul n'est parfait, admet-il. Mais je peux me targuer d'avoir, avec mon équipe, fait ce qu'il fallait. [...] Le temps nous dira si j'ai été honnête ou pas. »

Un commanditaire a préféré prendre ses distances et a rompu ses liens avec la vedette ivoirienne. Drogba n'a pas voulu en dévoiler l'identité.

« Ça fait partie du jeu. À partir du moment où il y a le doute, je ne peux pas leur en vouloir. À moi de travailler beaucoup plus pour leur montrer qu'on est correct. »

Prêt pour son premier départ

Sur le terrain, l'Ivoirien de 38 ans prend du mieux. Il a mentionné qu'il se sent prêt à être de la formation partante samedi pour le premier match de l'Impact au stade Saputo cette saison.

Contre le Toronto FC, il se dit prêt à jouer « 60 ou 70 minutes, tout dépendant combien de temps [ses] jambes [lui] seront fidèles ».

Drogba a joué 40 minutes samedi dernier à Chicago, à sa deuxième apparition de la saison, sa première en un mois. Il a rapidement fait sentir sa présence en marquant, d'une habile talonnade, le but égalisateur d'un gain de 2-1 des Montréalais sur le Fire.

« Ces 40 minutes m'ont fait du bien, même si au bout de 20 minutes, je commençais un peu à flancher, a reconnu le vétéran buteur. Je manque de rythme, mais le meilleur moyen d'obtenir ce rythme, c'est par les matchs. J'essaie de travailler fort à l'entraînement pour démontrer au coach que je suis disponible. »

Mauro Biello a compris le message. L'entraîneur-chef considère également l'option de l'inclure dans son onze partant face au Toronto FC.

Le match de samedi sera le premier d'une séquence de trois en huit jours, ce qui poussera Biello à favoriser une rotation de son personnel. « Donner du repos à quelques-uns. Pour d'autres, peut-être que ça va être basé sur une décision tactique ou leurs performances. » 

Plus d'articles

Commentaires