Retour

La ligne à l'attaque des Alouettes coule les Oiseaux

Les Alouettes de Montréal avaient une bonne occasion de grimper au classement de l'Est vendredi, mais la ligne à l'attaque ne s'est pas présentée en deuxième demie. Les Blue Bombers de Winnipeg se sont sauvés avec une victoire de 32-18.

Après avoir inscrit 18 points lors des deux premiers quarts, les protégés de Jim Popp n'ont inscrit aucun point dans la deuxième portion du match. Ils ont notamment écopé de pénalités coûteuses à des moments cruciaux pour permettre aux Blue Bombers (5-4) de signer un quatrième gain de suite.

Avec une victoire, les Montréalais (3-6) se seraient retrouvés à égalité au deuxième rang dans l'Est, à deux points seulement du premier rang occupé par le Rouge et Noir d'Ottawa, malgré un début de saison en dents de scie.

L'attaque avait justement inscrit six touchés dans une victoire de 43-19 face au Rouge et Noir la semaine dernière, mais elle a semblé perdre tous ses repères en début de rencontre.

La défensive a su contenir le quart Matt Nichols, invaincu depuis qu'il a remplacé Drew Willy au poste de quart partant après la cinquième semaine d'activités.

« La défensive a bien joué, a déclaré Glenn. En attaque, nous n'avons pas profité des occasions qu'elle nous a offertes avec des revirements. Les Bombers l'ont fait quand ils ont forcé des revirements. Nous étions là jusqu'à la fin, mais nous avons laissé filer une autre victoire. »

Nichols n'a pu effectuer de passe de touché, mais le botteur Justin Medlock a fait oublier les ratés de son quart avec six placements.

« Nous avons commis plusieurs revirements et nous sommes chanceux de les avoir limités à des placements jusqu'à la fin, a commenté Popp. Nous n'avons rien fait en deuxième demie, alors c'est certain que ça n'aide pas la défensive lorsque nous n'inscrivons pas de points au tableau. »

Le quart des Alouettes Kevin Glenn a quant à lui effectué un travail honnête, mais n'a pas été en mesure de sonner le deuxième réveil des siens au retour du vestiaire.

Il a réussi une passe de touché vers Stefan Logan. Il a cependant aussi commis quatre interceptions, lui qui n'en avait accordé que cinq à ses sept départs précédents.

« Je prends le blâme pour les interceptions. Ça provient de moi, a lancé Glenn. Je joue au football depuis assez longtemps pour savoir ça. Je n'ai pas été le premier à lancer une interception et je ne serai pas le dernier. Le plus important, c'est de passer par-dessus. »

Le botteur Anthony Fera a pour sa part ajouté un placement de 26 verges.

« Soit on perd du terrain, soit on en gagne, a analysé Popp. Nous avions la chance d'en gagner avec un gros match à l'horizon. Nous avons bousillé cette occasion. »

Les Alouettes renoueront avec l'action jeudi prochain, alors que le Rouge et Noir sera en quête d'une revanche au Stade Percival-Molson.

Débuts erratiques

Le début de match de la ligne à l'attaque des Alouettes aurait pu s'avérer catastrophique. La deuxième passe de Glenn a été interceptée à la ligne de 40 des locaux, tandis que le premier botté de dégagement de Fera a été bloqué à sa propre ligne de 13 verges.

Malgré ces positions pour le moins avantageuses, les Blue Bombers ont dû se contenter de deux placements grâce au brio de la ligne défensive montréalaise.

Nik Lewis, avec un attrapé spectaculaire à une seule main, et Logan, en captant une passe de touché de neuf verges, ont cependant sonné le réveil de l'unité offensive lors de la séquence suivante.

En retard 9-7, les Alouettes ont poursuivi sur leur lancée au début du deuxième quart lorsque le quart substitut, Vernon Adams fils, a franchi une verge pour donner les devants aux siens pour la première fois du match. Il a ensuite rejoint B.J. Cunningham dans la zone des buts pour enregistrer la transformation de deux points, portant la marque à 18-9.

Alors que le vent semblait souffler en faveur des Oiseaux, Maurice Leggett a rapidement fait taire la foule.

Il a réussi sa cinquième interception de la saison et a ensuite parcouru 60 verges pour inscrire son troisième touché de la campagne en pareille situation.

Fera a cependant réduit l'écart à 19-18 avec un placement de 26 verges avant la mi-temps.

Après un troisième quart soporifique où aucune des deux équipes n'a réussi à faire quoi que ce soit, Medlock a creusé l'écart à 22-18 avec son cinquième placement de la soirée.

Avec seulement 2:06 à écouler au cadran, Andrew Harris a effectué une course de 19 verges pour sceller l'issue de la rencontre avec un touché.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine