Retour

La mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension soupçonnée de harcèlement

La mairesse de l'arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, ne mettra plus les pieds au bureau pour quelque temps. Elle travaillera de la maison, a confirmé mardi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, le temps qu'un processus de médiation fasse son oeuvre dans une affaire de harcèlement qui l'oppose à « une autre personne ».

Un texte de Jérôme Labbé

« On prend ces allégations très au sérieux », a déclaré Mme Plante lors d'un point de presse à midi.

Mme Plante a également souligné que les services de l'arrondissement étaient maintenus et que des ressources supplémentaires avaient été mises en place « pour qu'il n'y ait pas d'effet négatif ».

Selon nos informations, la mairesse Fumagalli a, depuis plusieurs mois, des relations tendues avec le personnel et les cadres de l'arrondissement. Pas moins de trois chefs de cabinet se sont succédé depuis la victoire de cette candidate de Projet Montréal aux élections de novembre dernier.

Ces chefs de cabinet « sont partis pour des raisons différentes », a expliqué Mme Plante en point de presse, assurant qu'on ne pouvait pas parler de « pattern ».

Des membres du cabinet de la mairesse Plante lui ont néanmoins demandé jeudi dernier d'annuler toutes ses rencontres à l'arrondissement.

Giuliana Fumagalli est une militante syndicale et communautaire. Élue pour la toute première fois en 2017, elle était auparavant employée à Postes Canada.

Mme Fumagalli « accepte le processus [de médiation] de bonne foi », a soutenu Valérie Plante mardi.

« J'espère un bon dénouement, parce qu'on veut que ça fonctionne bien en arrondissement », a-t-elle conclu.

Le conseil d'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension est composé de cinq élus, dont trois de Projet Montréal : Mme Fumagalli – qui a succédé à Anie Samson en novembre dernier –, Rosannie Filato et Sylvain Ouellet. Les deux autres conseillers, Mary Deros et Frantz Benjamin, sont membres d'Ensemble Montréal, qui forme l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville.

La prochaine séance du conseil d'arrondissement est prévue le 5 juin. Entre-temps, le conseil municipal se réunira le 28 mai. Mme Fumagalli sera présente aux deux rencontres, a spécifié Valérie Plante.

« C'est plus au jour le jour qu'on veut donner une chance au processus de médiation », a-t-elle ajouté en anglais, précisant que Mme Fumagalli n'était pas suspendue et qu'elle conservait son titre de mairesse d'arrondissement.

Mme Fumagalli pourrait pourtant être suspendue au terme du processus, puisque le code d'éthique et de conduite des élus de la Ville de Montréal prévoit d'importantes sanctions en cas de harcèlement, qu'il définit comme « une conduite vexatoire se manifestant soit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés, qui sont hostiles ou non désirés, laquelle porte atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique du salarié et qui entraîne, pour celui-ci, un milieu de travail néfaste ».

En cas de suspension, c'est le conseiller Sylvain Ouellet qui dirigerait Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension à titre de maire d'arrondissement suppléant.

D'abord qualifiée de « congé forcé », la situation de Mme Fumagalli, qui n'est plus la bienvenue dans sa propre mairie d'arrondissement, fait sourciller Ensemble Montréal.

Le chef par intérim de la formation, Lionel Perez, demande à l'administration Plante de clarifier son statut. Il qualifie la situation de « troublante » et d'« inédite ». Du « jamais vu », selon lui.

« Concernant les citoyens et les résidents de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, il y a aussi un questionnement qui se pose. Est-ce qu'on a une mairesse? Est-ce qu'on a une élue? Qui est-ce qui gère? Présentement, est-ce que c'est le staff politique de la mairesse à la ville-centre? Comment est-ce que ça va fonctionner pendant tout ce processus-là? », demande-t-il.

Pour M. Perez, « il est inacceptable que la mairesse ait retenu cette information-là pendant plusieurs jours, soi-disant parce qu'elle voulait donner sa chance au processus de médiation » – un processus qui, de toute façon, ne donnera rien, selon lui. « Ce n'est pas après quatre personnes qui quittent qu'on va commencer un processus de médiation. Il est trop tard, et il y a des comptes qui doivent être rendus. »

Son parti exige donc que Mme Fumagalli soit relevée de ses fonctions. « Que le maire suppléant prenne la relève, le temps qu'il y ait enquête par la Commission municipale du Québec », réclame Lionel Perez.

Jointe par Radio-Canada, la conseillère Mary Deros s'est dite surprise de la nouvelle. « Nos réunions, ensemble, étaient correctes, explique-t-elle. Quelques fois, elle y allait un peu fort dans ses demandes quand on était en réunion, mais je n'ai pas vu [qu'elle] harcelait des gens. Parce que nos réunions étaient toujours dans le respect. »

« C'est dommage, ce qui arrive là », a ajouté son collègue Frantz Benjamin. Tout aussi prudent que sa collègue de Parc-Extension, le conseiller de Saint-Michel a indiqué que la mairesse et lui, bien qu'adversaires politiques, avaient toujours exposé leurs divergences d'opinions dans le respect. « Ce qui a été relaté aujourd'hui ne concerne pas les élus, a-t-il souligné. Ça concernerait plutôt le personnel de son cabinet, des fonctionnaires... C'est de ce côté-là qu'il faut regarder. »

L'inexpérience de Mme Fumagalli dans des fonctions électives pourrait-elle expliquer la situation dans laquelle se retrouve aujourd'hui Mme Fumagalli? « Quand on rentre en fonction, évidemment, il faut prendre le temps », fait valoir M. Benjamin. « J'espère que Mme Fumagalli prendra le temps pour apprendre comment fonctionnent les ressources et les installations de la Ville de Montréal, et comment fonctionne cette machine. Sinon... Vous savez, quand on était militant et que maintenant, on est aux affaires, c'est-à-dire à la tête d'une administration, d'une institution, c'est deux postures différentes. On se doit de servir tout le monde. »

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et de Julie Marceau

Plus d'articles