Retour

La Montérégie, cas type d'une saison de la grippe difficile au Québec

La grippe frappe fort cette année, et les urgences des hôpitaux débordent. À certains endroits en Montérégie, des patients peuvent passer plus de 48 heures sur une civière.

Deux souches du virus de l'influenza frappent en même temps, ce qui crée une « vague de fond », explique le directeur des services professionnels du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre, le Dr Jean Rodrigue. Normalement, la souche A frappe en décembre et la souche B, au printemps.

Le taux de tests positifs pour les deux souches d’influenza a atteint 37,5 % en 2017-2018, selon les dernières statistiques de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). L’an dernier, ce taux n’avait pas dépassé 24,3 %.

Des urgences débordées

L'activité grippale a des impacts sur les urgences de la Montérégie, où le personnel est débordé, souligne le Dr Rodrigue.

Le taux d’occupation des civières atteignait mardi 273 % à l’Hôpital du Suroît, à Salaberry-de-Valleyfield. Ce taux atteignait 239 % au Centre hospitalier Anna-Laberge, à Châteauguay, et 116 % à l’hôpital Charles-Le Moyne, à Greenfield Park.

Une centaine de personnes se présentent tous les jours aux urgences des hôpitaux Charles Le Moyne et du Haut-Richelieu, alors qu’elles pourraient être vues dans des cliniques privées, déplore le Dr Rodrigue.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, estime pour sa part que la création des supercliniques et l'adoption du projet de loi 20, devant favoriser l'accès à un médecin, ont permis de désengorger les urgences.

« Pour la première fois, mois sur mois, pour chaque période comparée à la même période l’année d’avant, on a une diminution d’affluence dans les urgences du Québec », a-t-il dit.

Avec les informations de Marc Verreault et Jacques Bissonnet

Plus d'articles