Retour

La motion québécoise sur la Banque de l'infrastructure mal reçue à Ottawa

Le secrétaire parlementaire du ministre de l'Infrastructure, Marc Miller, estime que les députés de l'Assemblée nationale font preuve d'une « incompréhension incroyable » concernant la Banque de l'infrastructure du Canada (BIC).

Le député fédéral de Ville-Marie–Le Sud-Ouest–Îles-des-Soeurs a réagi ainsi, mercredi, à l'adoption d'une motion au Salon bleu réclamant des amendements au projet de loi C-44, qui donnerait naissance à cette nouvelle créature du fédéral, afin que celle-ci soit « soumise aux lois du Québec ».

Selon Marc Miller, les élus à Québec « devraient lire le texte de la loi, très simplement », car en vertu de la proposition fédérale, la BIC serait « un agent de la Couronne sujet aux lois du Québec pour toutes les relations commerciales ».

Il s'agit là de « droit constitutionnel de base », et les députés de l'Assemblée nationale devraient « connaître un peu comment ça fonctionne », a enchaîné l'élu montréalais, qui n'avait pas consulté le texte de la motion lorsqu'il a fait ces commentaires à sa sortie de la réunion du caucus.

De son côté, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair (NPD), a appuyé la démarche de l'Assemblée nationale. Sa formation s'oppose à la création de la BIC, que les élus néo-démocrates surnomment « Banque de privatisation des infrastructures ».

« On l'a vécu avec Postes Canada, rappelez-vous que quand ils ont commencé à installer leurs boîtes aux lettres un peu n'importe où dans les municipalités, ils ont dit : "Nous, on a cette prérogative" », a illustré M. Mulcair.

Lors de la période de questions en Chambre, mardi, le Bloc québécois a souligné qu'en se donnant la latitude de décréter que la BIC est mandataire de la Couronne, le fédéral ouvrait la porte à toutes sortes de dérives qui profiteraient aux « riches investisseurs de Bay Street ».

« Au fond, le gouvernement donne à la banque de privatisation de l'infrastructure le pouvoir d'exproprier des gens, comme Ottawa l'a fait à Mirabel et comme il l'a fait à Forillon », a répliqué le bloquiste Gabriel Sainte-Marie à l'intention du ministre de l'Infrastructure, Amarjeet Sohi.

Ce dernier a voulu dissiper les inquiétudes en insistant sur le caractère facultatif de la chose.

« Les provinces et les municipalités qui le veulent pourront envisager cette option. Sinon, nous allons continuer de leur fournir les subventions habituelles qui sont à leur disposition », a poursuivi le ministre Sohi.

La disposition qui mènerait à la naissance de cette entité est contenue dans le projet de loi omnibus d'exécution du budget, C-44. La mesure législative est actuellement à l'étude au comité permanent des finances en même temps qu'elle est scrutée par un comité sénatorial.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine