Retour

La nation cherokee accuse des grandes entreprises de profiter de la crise des opioïdes

L'une des plus importantes nations autochtones des États-Unis poursuit un groupe d'entreprises qui comprend Walmart et Walgreens. On les accuse d'avoir favorisé l'épidémie d'opioïdes dans leurs communautés.

La nation Cherokee, dont le territoire s'étend sur 14 districts dans le nord-est de l'Oklahoma, a déposé la poursuite cette semaine à la Cour de district de la Nation Cherokee.

La poursuite vise Amerisource Bergen, Cardinal Health Inc., McKesson Corp., Wal-Mart Stores Inc. et les pharmacies CVS Health et Walgreens Boots Alliance Inc.

Jusqu'à 720 pilules par citoyen

Les dirigeants autochtones ont déclaré que les décès dus à des surdoses aux opioïdes ont plus que doublé dans la nation Cherokee au cours de la dernière décennie. Le nombre de morts liés aux opioïdes dépasse maintenant les décès par accident de la route soutiennent les autorités.

S’appuyant sur des chiffres de la Drug Enforcement Agency, les Cherokee accusent ces entreprises d’avoir prescrit environ 845 millions de milligrammes d'opioïdes dans les 14 comtés de la nation en 2015. En moyenne cela fait entre 360 et 720 comprimés par année par citoyen. La nation Cherokee compte plus de 300 000 membres.

La poursuite soutient de plus que les entreprises ont la responsabilité d’alerter les autorités lorsque des commandes importantes ou suspectes sont passées pour éviter que ces pilules ne se retrouvent sur le marché noir.

Pour le procureur de la nation Cherokee, Todd Hembree, « ces entreprises doivent être tenues responsables de leur négligence grave, qui a alimenté l'épidémie d'opioïdes".

Une poursuite qui récolte des appuis

La poursuite a été applaudie par Bryn Wesch, la chef de Novus Medical Detox Center, un centre national de traitement de la toxicomanie basé en Floride. Elle avance que de meilleures normes de surveillance sont nécessaires lorsqu'il s'agit de prescrire des opioïdes.

Bryn Wesch soutient que les fabricants de médicaments devraient également être tenus responsables de la crise des opioïdes.

« Ils sont censés connaître leurs clients, ils sont censés suivre leur produit, et ce sont eux qui génèrent des millions de profits. »

La répliques des entreprises poursuivies

L'Associated Press rapporte que Walmart et McKesson n'ont pas répliqué à la poursuite déposée contre eux.

Walgreens a déclaré de son côté qu'il ne faisait pas de commentaires sur les affaires judiciaires en cours.

Du côté de Cardinal Health, on soutient que le procès ne fait pas progresser « le dur travail nécessaire pour résoudre la crise de l'abus d'opioïdes - une épidémie motivée par la dépendance, la demande et le détournement de médicaments pour un usage illégitime. »

Un porte-parole d'Amerisource Bergen a déclaré que la société avait déjà mis fin à l'envoi de commandes jugées suspectes.

« La question de l'abus d'opioïdes est complexe. Elle couvre les soins de santé, mais aussi les fabricants, les grossistes, les assureurs, les prescripteurs, les pharmaciens et les organismes de réglementation et d'application de la loi, » a déclaré le porte-parole de l’entreprise.

David contre Goliath

« Je lève mon chapeau à la nation Cherokee, » a déclaré Norman Boudreau, un avocat basé à Winnipeg qui représente souvent les Premières Nations.

Boudreau a soutenu qu'un tel recours judiciaire est possible au Canada, où une crise des opioïdes semblable a aussi touché des communautés autochtones.

Une bataille juridique qui risque cependant de coûter cher ajoute-t-il. « Les entreprises pharmaceutiques ont de l'argent et pourraient se défendre très férocement, » a déclaré Boudreau.

En tant que troisième nation autochtone des États-Unis, les Cherokee sont parmi les plus riches et contribuent pour près de 2 milliards de dollars à l'économie d'Oklahoma, selon une étude récente.

D’après les informations de Tim Fontaine de CBC et l’Associated Press

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine