Retour

La neige aura coûté cher à la Ville de Montréal cet hiver

Même si elle a déjà fondu en partie, la neige qui est tombée sur Montréal cette semaine sera ramassée à compter de ce soir dans la plupart des arrondissements. Cette septième opération – la cinquième depuis le début de 2018 – pèsera lourd sur les finances de l'administration, qui a déjà dépensé une vingtaine de millions de dollars de plus que prévu.

Un texte de Jérôme Labbé

Selon un communiqué transmis par la Ville jeudi après-midi, il est tombé 17 centimètres de neige sur la métropole mardi soir, pour un total de 235 centimètres depuis le début de l'hiver. La moyenne est de 190 centimètres par saison.

Les automobilistes devront être vigilants pour ne pas que leurs véhicules nuisent au travail des déneigeurs. La Ville de Montréal les invite à consulter son site web ou l'application Info-Neige pour suivre l'évolution du ramassage, qui devrait durer quatre jours.

L'opération qui débutera ce soir sera la septième de la saison, alors qu'un hiver moyen en nécessite habituellement cinq.

« Une attention particulière sera portée aux trottoirs afin d'éviter la formation de glace à l'approche du refroidissement attendu cette nuit », promet Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens au comité exécutif.

Selon Environnement Canada, le mercure descendra à -7 degrés Celcius la nuit prochaine. Il devrait d'ailleurs continuer de baisser pour atteindre -16 dans la nuit de dimanche à lundi.

Un hiver difficile

M. Parenteau avait dû présenter ses excuses, en janvier dernier, après avoir tardé à ordonner une opération de chargement, ce qui avait notamment poussé le maire de l'arrondissement Anjou, Luis Miranda, à désobéir à la ville-centre. La Ville avait par la suite décidé de revoir ses pratiques de déneigement.

Il faut dire que l'hiver 2017-2018 a été particulièrement neigeux. Déjà, le mois dernier, la Ville affirmait avoir ramassé 16 millions de mètres cubes de neige, alors que Montréal en recueille généralement 12 millions par saison. Le comité exécutif a même dû demander au ministère de l'Environnement la permission d'utiliser temporairement deux sites supplémentaires, soit le stationnement de l'ancien Hippodrome de Montréal, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, et le site « Solutia », acquis pour agrandir le dépôt à neige Angrignon, dans l'arrondissement LaSalle.

Elle a aussi acheté 10 souffleuses supplémentaires pour finir l'hiver – des souffleuses de « haute puissance » qui demeurent très utiles malgré le redoux des derniers jours, selon M. Parenteau.

En effet, la neige qui fond a tendance à s'étaler dans le dépôt à neige, a-t-il expliqué jeudi midi après un point de presse de l'administration. Les souffleuses doivent donc la déplacer au sommet de l'amoncellement afin de créer de l'espace pour que de nouveaux chargements puissent se déverser.

« Advenant le cas [où] on aurait un 35 centimètres, eh bien il faut être prêts à le recevoir », a-t-il dit.

M. Parenteau estime que la Ville a déjà dépensé 20 millions de dollars de plus que prévu dans son budget annuel de déneigement, qui avoisine les 160 millions de dollars.

Le froid serait en partie responsable, explique-t-il, précisant que 90 % de la neige tombée cet hiver a été ramassée, contrairement à un taux qui varie habituellement entre 50 % et 60 %.

L'administration de Valérie Plante devra également composer avec les averses de neige de novembre et décembre prochains, qui feront grimper la facture pour l'année 2018 – d'autant plus que la politique de déneigement, qui a été révisée sous Denis Coderre, prévoit que les arrondissements ne contribuent plus financièrement à éponger ces dépenses après cinq tempêtes par année.

« C'est une préoccupation, a admis la mairesse, ce midi. Mais notre plus grande préoccupation, c'est de s'assurer que les rues soient déneigées, et d'assurer la sécurité des gens qui les empruntent, autant les trottoirs que les rues. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards