Retour

La neige complique les déplacements et le stationnement à Montréal

L'heure de pointe a été difficile ce matin à Montréal : les véhicules de déneigement étaient à l'oeuvre dans les rues de la métropole, où la tempête de samedi a laissé plus de 35 centimètres de neige. Le recours aux transports en commun est de mise toute la journée.

L'opération de ramassage de la neige, qui a commencé dimanche soir, doit se poursuivre au moins jusqu'à vendredi prochain dans les rues jonchées de buttes de neige et de voitures stationnées en oblique.

« Notre priorité aujourd'hui, c'est les grandes artères, explique Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal. On a besoin de 36 heures pour dégager les grands axes de transport qui desservent des hôpitaux, des lignes d'autobus, des écoles. C'est notre priorité. »

Il s'agit de la quatrième opération de ramassage cette saison à Montréal, qui en effectue en moyenne cinq par hiver.

Environ 21 % de la neige avait été ramassée lundi après-midi, selon les estimations de la Ville de Montréal, mais l'avancée de l'opération variait d'un arrondissement à l'autre. Saint-Laurent, par exemple, affichait déjà un taux de 35 %, tandis que dans Pierrefonds-Roxboro, à peine 6 % de la neige avait été ramassée.

Cette disparité s'explique par le fait que, bien que Montréal fixe les normes en matière de déneigement, chaque arrondissement est responsable de déneiger les rues sur son territoire, même celles qui traversent plusieurs arrondissements. La moitié environ des équipes sur le terrain sont composées de cols bleus, tandis que l'autre moitié est constituée de sous-traitants issus du secteur privé. Mais encore une fois, ce pourcentage varie d'un arrondissement à l'autre.

Pas de pelletage sur la voie publique

Pour les Montréalais qui veulent dégager leur voiture ou leur terrain, les possibilités sont limitées quant aux endroits où ils peuvent mettre la neige.

Les 19 arrondissements de la ville, qui ont chacun leur règlement, interdisent tous de la déposer sur la voie publique, que ce soit dans la rue, sur les trottoirs ou dans les pistes cyclables.

Les individus qui le font sont passibles d'amendes allant de 60 $ à 2000 $, et les entreprises, de 300 $ à 4000 $.

Priorité aux transports en commun

Il est fortement recommandé d'utiliser le métro ou l'autobus pour se déplacer, étant donné la quantité importante de neige qui encombre les rues et les opérations de déneigement qui compliquent beaucoup le stationnement dans la métropole.

« On demande aux citoyens de prendre le transport en commun. Ça va nous aider grandement, car avec moins de personnes sur le réseau, on va pouvoir avancer plus rapidement [pour le ramassage de la neige] », explique le porte-parole de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin.

Pour venir en aide aux automobilistes, la Ville les invite à consulter son site Internet consacré au déneigement ou à télécharger l'application « Info Neige Montréal » afin de suivre l'avancement des opérations de déneigement, de trouver des espaces de stationnement gratuits de nuit et de savoir quelles rues ont été déneigées.

Montréal compte plus de 10 000 km de trottoirs et de chaussées à déneiger à chaque tempête, soit 4000 kilomètres de rues et 6000 kilomètres de trottoirs.

Voici où stationner lors d'une opération de déneigement à Montréal : 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards