Même si on y retrouvera plusieurs visages familiers, c'est une toute nouvelle défense que les Alouettes mettront sur le terrain en 2018.

Un texte de Jean St-Onge

À moins d’un revirement, au moins 8 des 12 joueurs défensifs qui amorceront la saison le 16 juin à Vancouver n’étaient pas avec l’équipe la saison dernière.

Deux des figures dominantes des dernières années, Kyries Hebert et Chip Cox, n’y sont plus.

Hebert, joueur défensif de l’année dans la Division est en 2017, a été libéré pour une question salariale en février dernier et s’est joint au Rouge et Noir d’Ottawa.

Chip Cox est resté dans ses terres en Ohio. Il pourrait être retraité, même s’il n’y a eu aucune communication officielle en ce sens, ni de sa part ni des Alouettes.

Au cœur de la reconstruction se trouvent de nouveaux entraîneurs et deux joueurs canadiens : l’ailier défensif Jamaal Westerman et le secondeur Henoc Muamba.

Chez les entraîneurs, les Alouettes avaient d’abord confié le poste de coordonnateur au jeune Khalil Carter, mais ce dernier s’est retiré avant le camp d’entraînement et Kavis Reed s’est tourné vers celui qui devait être son mentor, le vétéran Rich Stubler.

Âgé de 68 ans, Stubler a amorcé sa carrière d’entraîneur en 1971 et s’est amené dans la Ligue canadienne dès 1983.

Reconnu comme un innovateur, il a déjà dirigé les défenses des Tiger Cats, des Argonauts des Eskimos et des Stampeders, en plus de travailler une saison avec les Lions. Bref, les Alouettes constituent sa sixième équipe dans la LCF.

Ses systèmes défensifs ont gardé des ressemblances à travers les années, mais laissent toujours beaucoup de place aux ajustements de la part des joueurs.

Quand on lui demande quel genre de joueur fonctionne le mieux sous sa tutelle, la réponse vient rapidement.

« Des joueurs intelligents. Des joueurs qui ont les yeux bien ouverts. affirme Stubler. Tous doivent voir les mêmes choses et avoir les mêmes réactions. »

La cohésion est importante et c’est ce qui a manqué aux Alouettes l’an dernier, selon Stubler.

« En plus, ils ont eu deux coordonnateurs avec deux systèmes complètement différents… »

Si les Alouettes ont huit ou neuf « nouveaux » joueurs en défense, plusieurs sont déjà familiers avec Montréal.

Henoc Muamba, Mitchell White, Dominique Ellis, Alan-Michael Cash et Khalid Wooten en seront tous à un deuxième séjour avec l'équipe.

Un contenu canadien amélioré

Le fameux quota de joueurs canadiens a sérieusement compliqué la vie des Alouettes l’an dernier.

La blessure du maraudeur Chris Ackie jumelée à celles de plusieurs joueurs de ligne offensive a forcé les entraîneurs à utiliser des réservistes à certaines positions pour respecter le quota de sept partants canadiens.

Stubler pourra compter sur trois partants canadiens au sein de sa défense avec les frères Westerman et Muamba. Mais il aimerait en ajouter au moins un.

Ce quatrième joueur pourrait très bien être Chris Ackie.

Premier choix des Oiseaux en 2015, Ackie était en train de s’établir comme un des joueurs les plus efficaces et polyvalents de la défense montréalaise l’an dernier quand il a subi une blessure qui a mis un terme à sa saison.

Très athlétique, Ackie peut agir comme maraudeur autant que comme secondeur et il peut travailler en couverture de passe autant qu’en pression sur le quart adverse.

Et, Stubler l’aime bien, ce qui ne nuit pas non plus.

Bomben blessé

Amochée l’an dernier, la ligne offensive a perdu un premier soldat au jour 3 du camp d’entraînement.

Ryan Bomben a subi une fracture à la main et devra s’absenter quelques semaines.

C’est le premier choix des Alouettes au dernier repêchage, Trey Rutherford, qui a pris sa place de garde à droite lors des séances d’entraînement suivantes.

Plus d'articles