Billet - Quelles sont les 10 plus grandes athlètes féminines de tous les temps? Vous hésitez? Consultez Google pour vous aider. Vous aurez toute une surprise!

Un texte de Guy D'Aoust

Je me suis posé la question mardi, à l'occasion de la Journée de la femme. Et comme je vous y invite, j'ai consulté le moteur de recherche favori des Nord-Américains, Google. J'ai donc écrit « top 10 sports women of all time ».

Les 10 premiers résultats sont apparus et seulement 6 des 10 sites proposés étaient orientés vers ma recherche. Les autres? Ils s'intéressent à la plus belle, la plus sexy, la plus « hot ».

Sommes-nous en 2016?

Si j'avais cherché « belle », « hot » ou « sexy », je pourrais dire que j'ai eu ce que je mérite. Mais je n'ai fait aucune référence à ces attributs.

Les résultats que j'ai obtenus m'en disent donc long sur la perception de l'auditoire, sur ses goûts, ses préférences. L'excellence obtient à peine la note de passage : 6 sur 10.

J'avoue que je ne suis qu'à moitié surpris. Quand on demande aux gens de nommer les 10 plus grands athlètes de l'histoire, la plupart du temps, on obtient des listes qui ne comportent que des hommes.

Si on s'amuse à préciser qu'on recherche les 10 plus grandes athlètes féminines, alors là, c'est le festival de l'hésitation et du « l'Américaine là, la coureuse... c'est quoi son nom déjà ».

Les sports d'équipe

Les équipes professionnelles meublent l'essentiel de la presse sportive. Je dirais même qu'elles la dévorent. À Montréal, c'est le Canadien et, dans une moindre mesure, l'Impact et les Alouettes. À une autre époque, c'était les Expos. Des hommes, rien que des hommes qui font en sorte que de 80 % à 90 % de la couverture sportive est « masculiniste ». Il y a parfois une Eugenie Bouchard pour rompre la routine, mais ne nions pas l'évidence.

Ça contribue à marginaliser la présence féminine dans le paysage sportif. Les femmes sont là. Elles sont bonnes. Mais nous regardons ailleurs. Nostra culpa.
Alors, faut-il s'étonner que l'aspect esthétique fasse encore recette en 2016? Pas quand on consulte les chiffres du célèbre magazine américain Sports Illustrated dont les ventes en kiosque explosent chaque année avec son « swimsuit issue ».

Sharapova en renfort

Maria Sharapova a involontairement contribué à augmenter la présence féminine dans les manchettes. Ce n'est pas anodin. Son compatriote et quintuple champion du monde, le patineur de vitesse Pavel Kulizhnikov, a aussi été coincé pour usage de meldonium, mais c'est à peine si on en a parlé.

Sharapova est la vedette mondiale du sport féminin. Ses revenus annuels en publicité de 30 millions de dollars, selon Forbes, la plaçaient au premier rang, toutes disciplines confondues... avant qu'on ne révèle son contrôle positif. Depuis, cette fortune fond chaque jour.

Babe

Mais non! Pas Ruth! Babe Didrikson Zaharias. Vous connaissez? Probablement pas. En conclusion, je vous propose sa candidature. C'est à elle que ma recherche m'a finalement conduit. Ma journée n'aura pas été perdue.

Mildred Ella Didrikson Zaharias a remporté trois médailles d'or olympiques en athlétisme, dont deux d'or. Elle a battu quatre records du monde dans la même journée. Elle a aussi brillé au basketball, au billard et au golf. Dans ce dernier sport, elle a remporté 82 tournois. Et comme si ce n'était pas suffisant pour montrer sa polyvalence, elle était aussi musicienne et elle adorait la couture. Elle dessinait et concevait ses propres tenues de golf.

C'est l'une des plus grandes athlètes de tous les temps. La plus grande selon moi. Vous pouvez la chercher sur Google. Je crois même que j'ai vu une photo en maillot de bain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine