Retour

« La possibilité d'échanger notre troisième choix est très, très mince » - Marc Bergevin

Le directeur général Marc Bergevin a affirmé, jeudi à Dallas, que la possibilité de voir le Canadien de Montréal échanger son troisième choix à la séance de repêchage de la Ligue nationale est très, très mince.

Lors d'une mêlée de presse tenue à la sortie d'une réunion des directeurs généraux dans un hôtel du centre-ville de Dallas, Bergevin a indiqué qu'il serait très étonnant qu'il laisse passer l'occasion de réclamer un espoir de qualité au troisième rang.

En fait, Bergevin pourrait tenter sa chance pour ajouter un choix au premier tour, en se servant de l'un de ses quatre choix de deuxième tour.

« À cause des quatre choix de deuxième ronde, on va recevoir beaucoup d’appels, prédit-il. Mais à la fin de la journée, on va voir ce qui est disponible et si un joueur qui glisse qu’on trouve qu’on doit aller chercher. C’est certain qu’on va être occupé demain [vendredi]. »

Trois noms sont particulièrement mentionnés du côté du Canadien avec le troisième choix. Il s'agit de l'ailier droit tchèque Filip Zadina, des Mooseheads d'Halifax, de l'ailier gauche américain Brady Tkachuk, de Boston University, et du jeune centre finlandais Jesperi Kotkaniemi, de l'Assat de Pori.

Zadina et Tkachuk sont âgés de 18 ans, tandis que Kotkaniemi célébrera son 18e anniversaire de naissance le 6 juillet.

Bergevin a également été invité, comme c'est devenu une tradition à cette réunion annuelle, à aborder la question québécoise.

« C’est toujours important du talent québécois, a-t-il déclaré,mais à la fin de la journée, on va prendre les meilleurs joueurs disponibles à long terme pour l’organisation. Mais c’est certain qu’on porte beaucoup d’attention aux produits québécois. »

Le directeur général a réitéré sa profession de foi sur l'importance du talent brut et du long terme.

« C’est certain que le talent, c’est très important, mais la position aussi, a soutenu Bergevin. Il y a des positions qui sont plus difficiles à aller chercher. Mais c’est le joueur qu’on voit qui a le plus de potentiel à long terme. Un joueur de 17-18 ans, tu ne regardes pas le produit fini, tu regardes où il va être dans 4 ou 5 ans. C’est le but de toutes les organisations. »

La rencontre entre les journalistes et Bergevin a permis de survoler la situation entourant Max Pacioretty, dont le nom demeure mêlé à des rumeurs de transaction. Comme c'est son habitude dans de tels dossiers, Bergevin s'est fait avare de commentaires, se contentant de dire que Pacioretty était encore avec le Canadien et que l'organisation allait de l'avant.

Plus d'articles