Retour

La poursuite demande plus de 8 ans de prison pour un exportateur de marijuana

Le ministère public demande une peine exemplaire pour un chauffeur québécois reconnu coupable d'avoir transporté du cannabis aux États-Unis d'une valeur évaluée à plus de 3 millions de dollars. Sébastien Dolan-Sanchez a fait partie des 130 personnes arrêtées lors de l'opération Loquace, qui ciblait principalement des trafiquants de cocaïne.

Un texte de Geneviève Garon

« Il était bien plus qu'un simple courrier, les chauffeurs avaient un rôle essentiel dans l'organisation criminelle », a déclaré la procureure aux poursuites criminelles et pénales Marie-Christine Lajoie-Filion, lors des observations sur la peine lundi au palais de justice de Montréal.

Lors du procès, il a été démontré que Sébastien Dolan-Sanchez avait transporté du cannabis caché dans un faux réservoir de diesel à l'arrière d'une camionnette. Selon le ministère public, il a effectué 45 passages à la douane américaine avec environ 45 kg (100 livres) de cannabis chaque fois, jusqu'à son arrestation en novembre 2012.

L'argent de la vente évalué à 3,15 millions de dollars américains était remis à une organisation criminelle qui s'en servait pour faire du trafic de cocaïne au Québec, a expliqué Me Lajoie-Filion.

« Il avait pour 70 000 $ de véhicules à l'époque. C'était définitivement un crime payant », a-t-elle affirmé pour démontrer que M. Dolan-Sanchez avait été motivé par l'appât du gain.

Au terme d'un procès de deux semaines devant jury qui s'est terminé plus tôt ce mois-ci au palais de justice de Longueuil, Sébastien Dolan Sanchez a été reconnu coupable de gangstérisme et d'exportation de cannabis. Il a été acquitté de l'accusation d'importation de cocaïne. La poursuite demande une peine de huit ans et demi d'incarcération.

La défense demande quatre ans de détention

L'avocate de Sébastien Dolan-Sanchez, Élizabeth Ménard, a plaidé pour une peine deux fois plus courte : quatre ans de détention.

Elle a affirmé que son client était « au plus bas de la facette transports de l'organisation ».

Sébastien Dolan-Sanchez a lui-même pris la parole devant la juge Hélène Di Salvo pour tenter de minimiser la gravité de ses crimes : il affirme n'avoir effectué qu'une quinzaine de transports en échange d'environ 15 000 $.

Me Ménard a rappelé qu'à partir de sa remise en liberté à l'hiver 2013 jusqu'à la fin de son procès, M. Dolan Sanchez n'avait jamais enfreint ses conditions. Il était sans antécédents judiciaires.

L'homme de 31 ans connaîtra sa peine jeudi.

Plus d'articles

Commentaires