Retour

La présidente de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec cède son poste

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a annoncé jeudi le départ de sa présidente Lise Millette, qui cite des raisons personnelles.

« Il arrive des moments dans une vie où l'on n'a pas le choix de réorienter ses priorités, explique-t-elle dans un communiqué. J'ai vécu cela cet été, alors que mes responsabilités en tant que mère ont été mises à l'épreuve et mes défis professionnels, amplifiés. »

« C'est à contrecœur que je quitte la FPJQ, mais j'estime laisser la maison en ordre et entre de bonnes mains », ajoute la journaliste de l'Agence QMI.

Comme le veulent les règlements généraux de la FPJQ , ces « bonnes mains » sont celles de son vice-président, Jean-Thomas Léveillé, reporter à La Presse. Il accepté de prendre les rênes de l'association jusqu'aux prochaines élections.

M. Léveillé est vice-président de la FPJQ depuis février 2015 et siège au conseil d'administration depuis novembre 2013.

Défense de la liberté de presse

La Fédération a remercié « chaleureusement » Lise Millette pour sa contribution : « Au cours de son mandat à titre de présidente, elle aura vivement défendu la liberté de presse et l'accès du public à l'information. »

Mme Millette a passé 18 mois à la présidence de la FPJQ. Elle avait succédé au journaliste de Radio-Canada Pierre Craig quand celui-ci avait démissionné pour des raisons de santé, en février 2015, puisqu'elle était alors vice-présidente. Elle avait ensuite, en novembre de la même année, été formellement élue comme présidente par les membres de la Fédération.

Lise Millette avait auparavant siégé plusieurs années au conseil d'administration de la FPJQ, en plus d'être membre fondatrice de la section régionale de la Montérégie de l'organisme, et d'assumer le rôle de rédactrice en chef du magazine Trente de 2011 à 2014.

Plus d'articles

Commentaires