Retour

La réduction de vitesse dans des rues de Ville-Marie plutôt bien accueillie

CAA-Québec salue la décision d'aménager des rues partagées au centre-ville de Montréal. L'organisme Piétons Québec, lui, parle de mesures « timides » et s'attend à davantage de la Ville pour favoriser la bonne cohabitation des automobilistes et des piétons.

Un texte de Benoît Chapdelaine

La Ville de Montréal a décidé cette semaine de faire passer la vitesse maximale de 40 à 20 kilomètres à l'heure sur une partie des rues Saint-Paul, De La Gauchetière et Bishop, et dans la rue Émery. Les rues ont été aménagées spécialement pour encourager une meilleure cohabitation entre voitures, cyclistes et piétons, par exemple en élargissant les trottoirs.

« Ce sont des concepts qui existent depuis plusieurs années en Europe et qui, je pense, ont fait leurs preuves », explique la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier.

« Que ça s'en vienne à Montréal et que ce soit implanté, c'est nécessairement une excellente idée, dans la mesure où ça peut permettre un partage en sécurité de la voie routière. Et pour CAA-Québec, c'est une priorité alors que nous travaillons en sécurité routière. »

La réduction de la limite de vitesse freinera certainement des automobilistes retardés par les chantiers et pressés de se rendre à destination, mais « les automobilistes sont aussi piétons à leurs heures », rappelle Annie Gauthier. « C'est une mesure qui peut être bénéfique pour tout le monde et augmenter le niveau de sécurité de tout un chacun. »

Piétons Québec est également favorable aux rues partagées, pour autant que les automobilistes respectent les piétons.

« Le concept est intéressant, mais on dirait qu'on y va pas à pas, ça reste encore timide et je ne sais pas si on peut appeler cela des rues partagées à part entière », affirme le porte-parole Félix Gravel.

La rue Sainte-Catherine devant la Place des Arts est le meilleur exemple de rue partagée qui ne l'est pas vraiment, selon l'organisme.

« La portion partagée de la rue Sainte-Catherine dans le Quartier des spectacles a été mise au niveau [de l'ancien trottoir]. Il y a eu un effort pour avoir du pavage qui incite les véhicules à ralentir et les piétons à se sentir prioritaires, mais la synchronisation des feux de circulation fait que les véhicules accélèrent et ne laissent pas la priorité à un piéton qui voudrait traverser, même à une intersection », mentionne le porte-parole.

Félix Gravel souhaite que la Ville crée davantage de rues partagées autour des stations de métro, à l'image, par exemple, de la station Laurier dans Le Plateau-Mont-Royal.

Plus d'articles