Les mauvaises nouvelles semblent se confirmer pour Ambroise Oyongo. Le défenseur de l'Impact de Montréal a subi une rupture du tendon rotulien, selon une publication de la Fédération camerounaise de soccer sur Twitter.

Toujours selon la Fédération, Oyongo devra subir une intervention chirurgicale, et elle organise le retour du joueur à Montréal en collaboration avec son club.

Selon ce qu’a relayé Oyongo sur les réseaux sociaux, il a voyagé avec l’équipe camerounaise vers Madrid, où une rencontre amicale avec la Colombie attend les Lions indomptables mardi.

Oyongo s’est blessé lors d’une victoire de 1-0 de son pays sur le Maroc en match de qualification pour la Coupe d’Afrique des nations 2019, samedi, à Yaoundé. Le sélectionneur Hugo Broos avait annoncé en conférence de presse que le défenseur souffrait d’une déchirure ligamentaire.

Le journaliste Njie Enow, de la radio nationale camerounaise, assistait au match. Selon lui, Oyongo a fait le trajet du Cameroun en Espagne à l’initiative de Broos, afin que le joueur puisse sentir tout l’appui de ses coéquipiers.

Enow ajoute par ailleurs que le public camerounais n’a pas immédiatement soupçonné que la blessure d’Oyongo pouvait être grave à ce point.

« Personnellement, je me suis dit qu’il avait sûrement tordu sa cheville, car c’est allé très vite, raconte Enow en conversation avec Radio-Canada Sports. Assis dans la cabine des commentateurs, j’ai compris que c’était grave quand le docteur de l’équipe a demandé la civière pour sortir Oyongo.

« Il y a eu des applaudissements dans les gradins, poursuit Enow. Et certains spectateurs lui ont offert une ovation debout. »

L’Impact avait indiqué samedi qu’il ne pourrait commenter le dossier tant que ses médecins n’auront pas vu le joueur à Montréal et que la nature exacte de la blessure ne sera pas déterminée. Le club n’avait pas d’autre remarque à formuler lundi matin.

Les adeptes de soccer se souviendront que le légendaire attaquant brésilien Ronaldo a subi trois ruptures d’un tendon rotulien en 1999, 2000 et 2008. La convalescence peut durer de six à neuf mois, voire plus, selon la gravité de la rupture.

Oyongo devra donc mettre une croix sur la Coupe des confédérations de la FIFA, qui se déroule du 17 juin au 2 juillet en Russie. Tout porte aussi à croire que sa saison en MLS est terminée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine