Retour

La STM ne hausse pas ses tarifs en janvier pour « accorder un répit » aux usagers

Pour la première fois en dix ans, la Société de transport de Montréal (STM) n'augmentera pas ses tarifs en janvier. Elle attendra plutôt le mois de juillet pour ainsi « accorder un répit à ses clients pour les six premiers mois de l'année ».

Que va-t-il se passer en juillet? « On va le déterminer au cours de l'année », dit le président du conseil d'administration de la STM, Philippe Schnobb.

La Ville de Montréal va aussi augmenter de 20 millions de dollars sa contribution annuelle au budget de la société. L'opposition à l'hôtel de ville trouve qu'après les compressions imposées par l'administration Coderre dans le transport en commun, ce réinvestissement est un premier pas pour regagner le terrain perdu.

En entrevue à Radio-Canada, Philippe Schnobb expose qu'en 2014, la STM s'est retrouvée avec un surplus de 3,5 millions de dollars. « Alors on s'était dit : si on avait su, à ce moment-là, on aurait pu augmenter les tarifs moindrement. Alors là, on fait quelque chose qui est assez inusité - ça se fait à Québec, déjà - c'est que vers le mois de mai, on va regarder comment l'année se déroule, on va regarder les perspectives d'augmentation de revenus clients qu'on a quand même budgétés et on déterminera à ce moment-là quelle est la meilleure solution pour atteindre ces objectifs-là. »

Par ailleurs, des améliorations du service sont prévues :

  • 27 nouveaux autobus seront mis en service;
  • la mise en service progressive des nouvelles voitures de métro AZUR doit améliorer le service sur la ligne orange;
  • la mise en service d'iBus, un service qui va indiquer la position en temps réel des autobus, permettra d'informer les usagers des retards;
  • l'ajout de 50 km de voies réservées et de feux prioritaires devrait assurer une ponctualité accrue;
  • un investissement de 3,5 millions de dollars au transport adapté répondra à la demande croissante grâce à 200 000 déplacements supplémentaires;
  • l'ajout de 45 000 heures supplémentaires au service d'autobus optimisera notamment des temps de parcours affectés par certains chantiers.

Philippe Schnobb reconnaît que 45 000 heures de services, « ça peut paraître peu, mais si on le met au bon endroit, ça fait toute la différence ».

« Dans ces heures-là, il y a aussi 10 000 heures qui sont prévues pour l'amélioration du service dans des secteurs qui sont plus ou moins bien desservis. Griffintown, par exemple. Il y a quand même un boom immobilier, un boom de la croissance de la population dans ce coin-là. Le service de bus n'était pas planifié pour ça, il y avait peu de monde il y a quelques années. Donc là, on va s'attaquer particulièrement à ce secteur-là », assure le président du conseil d'administration de la STM.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, le président du conseil d'administration de la STM, Philippe Schnobb, et le directeur général de la STM, Luc Tremblay, présentaient aujourd'hui le budget 2016 de la STM à l'hôtel de ville de Montréal. Ce budget se chiffre à 1,5 milliard de dollars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine