NEW YORK - Les statistiques ne plaident pas en faveur du Canadien après cette défaite au cinquième match de sa série qui l'oppose aux Rangers de New York, mais l'on espère que l'expérience fera pencher la balance dans le camp tricolore.

Était-ce un message subliminal qu’a voulu passer le CH, vendredi, dans un chic hôtel de Manhattan? Les membres des médias ont eu droit à un triumvirat d’expérience, spécialiste des retours en séries éliminatoires.

Tour à tour, Shea Weber, Dwight King et Tomas Plekanec ont affronté les micros, en plus de Claude Julien, évidemment.

Le Tricolore se retrouve en retard 2-3 et même si l’on dit que l’équipe qui remporte le match no 5 d’une série égale 2-2 finit par triompher dans 78,1% des cas, le CH ne l’entendait pas de cette oreille.

Plekanec était de l’édition 2010 quand sa bande avait comblé un écart de 1-3 contre les Capitals de Washington au premier tour, avant de revenir d’un déficit de 2-3 contre les Penguins en demi-finale de l’Est.

Le no 14 était aussi présent lorsque Montréal a réussi le coup la dernière fois. C’était en 2014 contre les Bruins…de Claude Julien.

« Oui, c’est certain que ça aide (d’avoir cette expérience). Tu peux apprendre de ça. Et ce n’était pas juste en 2014, c’était quelques séries avant aussi. Ce n’est pas inhabituel dans les séries. On croit en notre groupe », a lancé Plekanec qui se remémorait du même coup le printemps magique de 2010 avec Jaroslav Halak.

« On a montré beaucoup de caractère pendant la saison. Nous sommes revenus de l’arrière souvent et personnellement j’ai déjà vécu ça avec l’équipe et nous avons été en mesure de revenir. Je crois la chose encore possible », a ajouté le vétéran tchèque.

King, homme d’expérience

En fait, on jurerait pratiquement que les deux bagues de la Coupe Stanley que King porte aux doigts constituent la principale raison de sa présence à Montréal.

L’ancien ailier des Kings a connu la consécration ultime en 2014 après que Los Angeles eut effectué l’une des quatre remontées victorieuses d’un retard de 0-3 dans l’histoire de la LNH.

C’était au premier tour et les Kings ont finalement soulevé le trophée quelques semaines plus tard.

L’année dernière, c’était au tour de Weber de vivre pareil scénario. L’ancien capitaine des Predators avait guidé son équipe à la victoire contre Anaheim qui menait le duel 3-2.

« Tous les matchs ont été si serrés et quelques matchs auraient pu aller d’un côté comme de l’autre. Les deux équipes sont bonnes, en espérant que ça se rende au match ultime et je pense qu’il y a pas mal de gens qui s’attendaient à ça de cette série », s’est exclamé l’homme-montagne.

Julien a vu neiger

Et bien sûr, il y a Claude Julien.

Claude Julien qui avait été au cœur de la remontée du Canadien en 2004 qui avait éliminé les Bruins en sept matchs grâce à trois victoires d’affilée. Julien qui a aussi connu l’envers du décor avec les Bruins, face au Canadien, en demi-finales de l’Est en 2014.

Julien qui a joué le même tour aux Canucks d’Alain Vigneault en finale de la Coupe Stanley en 2011. Bref, l’histoire se répète continuellement.

« Cette expérience-là ne nuit jamais. Les équipes qui gagnent, en principe, ont traversé de l’adversité en séries. Ce sont des leçons qui valent beaucoup au bout du compte », a estimé le pilote du CH.

Il est vrai que l’expérience du Canadien est non négligeable. Mais que dire de celle des Rangers.

New York a disputé 86 matchs en séries d’après-saison depuis la saison 2012, plus que quiconque dans l’Association de l’Est pendant cette période.L’expérience, oui, on veut bien. Mais à qui profitera-t-elle?

« Le danger, c’est de s’en mettre trop sur les épaules, a expliqué l’entraîneur-chef. Au lieu de penser au danger, pense à la solution. Le sport, ça se joue entre les deux oreilles à 90 %. Le 10 % qui reste, c’est l’habileté de l’athlète. »

« Il faut être fort mentalement pour se dire, je ne pense pas au fait que j’ai le dos au mur, je ne pense pas à la défaite. Je pense au fait que je dois gagner le match », a conclu Julien.

On verra s’il a réussi à en convaincre ses ouailles dès samedi soir à 20h (HAE), au Madison Square Garden, à New York.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine