Retour

Laurent Duvernay-Tardif accorde sa pleine confiance à Patrick Mahomes

Le début de l'année 2018 est source de nouveautés pour Laurent Duvernay-Tardif. Le garde des Chiefs de Kansas City vivra une première expérience olympique avec l'équipe de Radio-Canada Sports, à Pyeongchang. Il pourra enfin porter le titre de Docteur sous peu. Mais la nouveauté qui aura les plus grandes répercussions sur la suite de sa carrière est sans doute le départ de son quart-arrière, Alex Smith, vers Washington.

En quatre saisons de football professionnel, LDT n’a pas protégé d’autre quart titulaire. Dans ses plus brillantes victoires comme dans ses plus amères défaites, le Québécois a toujours eu pour objectif d’empêcher l’adversaire d’accéder à Smith, dont les prouesses ont aidé les Chiefs à se qualifier pour les éliminatoires au cours des trois dernières saisons.

Duvernay-Tardif est catégorique : son quart-arrière était un vrai meneur d’hommes, et son départ constitue une grosse perte pour l’équipe. Mais de la même façon que Smith a cédé sa place à Colin Kaepernick, en 2013, à San Francisco, il ouvre ici la porte au jeune Patrick Mahomes, choix de premier tour des Chiefs en 2017.

« Il a joué le dernier match de la saison, et il a connu du succès, se rappelle Duvernay-Tardif. Tout ce qui lui manque, c’est l’expérience et la capacité de jouer les chefs d’orchestre. Un quart-arrière ne doit pas seulement penser à ses lancers, à la cadence, au jeu, à sa première lecture des receveurs et au changement de jeu en fonction des couvertures défensives. Il doit aussi diriger sa ligne offensive, et c’est la première chose qu’on oublie dans les moments de stress intense.

« Dans ces cas, on se retrouve à ne pas savoir comment bloquer. C’est une question d’expérience, poursuit-il. Je suis convaincu qu’avec la préparation d’avant-saison, Mahomes va gravir les échelons et deviendra un quart-arrière qui amènera Kansas City loin. »

D’ici là, Duvernay-Tardif, qui étudie actuellement pour ses derniers examens de médecine, se contentera de regarder le Super Bowl à la télévision. Les Chiefs n’ont joué qu’un match éliminatoire, perdu sur leur terrain aux mains des Titans du Tennessee.

Ceux-ci ont ensuite subi une nette défaite de 35-14 contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, qui affronteront les Eagles de Philadelphie, dimanche. En finale de l’Association nationale, ces derniers ont impressionné Duvernay-Tardif, qui est de plus en plus convaincu que les deux équipes se livreront une chaude lutte.

« Mon cœur se range un peu du côté des Eagles, reconnaît Duvernay-Tardif. Leur quart-arrière, Nick Foles, fait un excellent travail. Il était un quart remplaçant pour les Chiefs, les deux années précédentes. L’entraîneur-chef Doug Pederson était coordonnateur offensif chez nous. Il y a un petit lien. J’aimerais les voir réussir. »

La tête du garde des Chiefs, par contre, semble pencher vers les champions en titre.

« Quand on regarde les matchs, on constate que [Tom Brady] se fait frapper plusieurs fois par partie, souligne-t-il. Je ne sais pas, au point de vue physique, comment il se sent, mais c’est incroyable de le voir jouer, surtout quand son équipe est en retard d’une vingtaine de points comme au Super Bowl de l’an dernier. Il n’a pas peur du défi. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine