Retour

Laurentides : des parents contestent un transfert d'élèves devant les tribunaux

Un groupe de parents de la municipalité de Huberdeau a déposé un recours judiciaire pour faire invalider le transfert d'une dizaine d'élèves du préscolaire vers l'école de la municipalité voisine, Saint-Rémi-d'Amherst.

Un texte de Francis Labbé

« L'élément sur lequel on se base, c'est que la Loi sur l'instruction publique oblige la Commission scolaire à consulter la population lorsqu'elle cesse d'offrir un cycle », explique Gabriel Dagenais, porte-parole du comité de parents. « Selon nous, cette consultation n'a jamais eu lieu. »

Le comité a donc déposé en cour un pourvoi en contrôle judiciaire, qui consiste à demander à la cour d'invalider une décision prise par une entité administrative qui lui est assujettie.

Les parents s'opposent au fait que ce groupe de jeunes enfants devra parcourir une douzaine de kilomètres matin et soir pour aller à l'école. « Je trouve ça un peu difficile, nous habitons à 20 kilomètres de l'école d'Amherst », explique Ariane Pépin, mère de deux enfants.

« Actuellement, 4 enfants d'ici vont à la maternelle 4 ans à Amherst et le trajet dure 25 minutes. Le nombre d'élèves sera beaucoup plus grand l'an prochain, entre 10 et 14 élèves. Avec les arrêts, nous sommes persuadés que le temps de transport va doubler », poursuit Mme Pépin.

Réaction de la Commission scolaire des Laurentides

La Commission scolaire des Laurentides (CSL) a commenté cette décision par voie de communiqué. La affirme d'entrée de jeu que 9 élèves, et non 10, sont visés par ce transfert. CSL a fait le constat qu'il n'y avait pas suffisamment d'inscriptions pour ouvrir un groupe d'élèves de préscolaire en vue de l'année scolaire 2016-2017. Elle insiste aussi pour dire que quatre élèves de Huberdeau fréquentent déjà la maternelle 4 ans dans la municipalité voisine d'Amherst.

La Commission scolaire affirme que cette décision vaut pour une année seulement et sera révisée l'an prochain. La CSL ajoute qu'elle a toujours respecté la loi dans sa lettre et dans son esprit et elle en fera la démonstration à la cour. Le détail des procédures sera connu le 17 juin.

« L'école l'Arc-en-ciel  ( de Huberdeau ) offrira deux classes par cycle d'apprentissages pour un total de six classes et ce, malgré le faible nombre d'inscriptions soit de onze élèves en 4e année et de dix élèves en 6e année », précise Mme Sylvie Courtois, directrice par intérim à la CSL.

Méfiance

Mais le groupe de parents de Huberdeau demeure méfiant et craint que la Commission scolaire ne transfère d'autres enfants à l'avenir. « C'est la deuxième tentative de la Commission scolaire de venir chercher des élèves de notre école pour les envoyer ailleurs », explique Julie Thibodeau, mère de quatre enfants et vice-présidente du conseil d'établissement de l'école Arc-en-ciel de Huberdeau.

« L'an dernier, ils voulaient transférer 54 enfants de l'école Arc-en-ciel d'Huberdeau vers Saint-Rémi-d'Amherst. Ils n'y sont pas parvenus, mais ils reviennent à la charge avec le préscolaire cette année », précise Mme Thibodeau.

Autres parents, autre municipalité, même colère

Par ailleurs, un groupe de parents de Piedmont conteste aussi la décision de la Commission scolaire des Laurentides de transférer leurs enfants de Saint-Sauveur à Sainte-Adèle. Après une mise en demeure, le groupe de Piedmont compte solliciter une firme de relations publiques pour faire pression sur la Commission scolaire au cours des prochaines semaines. 

Dans le dossier des élèves de Piedmont, la Commission scolaire soutient que : « près de 40 % de ses élèves fréquentent une école primaire localisée à l'extérieur de leur municipalité. La CSL comprend les parents et les maires qui sont attachés à leur municipalité, mais elle n'a pas d'établissement dans chacune de celles-ci. » La commission scolaire affirme que sa décision dans ce dossier est définitive.

« Nous voulons que le débat devienne national », affirme Simon Lachance, parent de Piedmont. « Nous voulons provoquer un coup d'éclat qui fera boule de neige au Québec. Nous allons tenir une rencontre le 22 juin avec des citoyens, la municipalité de Piedmont et une firme de relations publiques pour établir un plan de match », a conclu  M. Lachance.

Plus d'articles

Commentaires