Le système d'alerte qui avertit le public en cas de contamination du canal de Lachine, à Montréal, connaît encore des ratés. Parcs Canada a, une fois de plus, omis d'aviser les citoyens de l'interdiction de pratiquer des activités nautiques après des pluies abondantes cette semaine.

Un texte d'Alexandre Touchette

Le mois dernier, Radio-Canada révélait que Parcs Canada avait attendu 16 heures avant d'avertir le public d'un déversement d'égout survenu le 19 juillet dans le canal. Des kayakistes et des équipes de bateau dragon se sont donc retrouvés à pagayer dans des eaux contaminées alors que l'accès à l'eau aurait dû être interdit pour 72 heures.

Le protocole de communications de Parcs Canada a été revu après notre reportage, mais encore une fois cette semaine des manquements ont été constatés sur le terrain.

Le 18 août vers minuit, un orage a causé la surcharge d'une partie des égouts de Montréal. Des eaux pluviales mélangées à des eaux sanitaires ont alors été déversées pour une sixième fois cet été dans le canal de Lachine.

Or, ce matin-là - et jusqu'au lendemain matin -, aucun avertissement n'était affiché sur le site web français de Parcs Canada. Selon l'agence fédérale, un problème informatique serait à l'origine de ce dernier cafouillage.

Le lendemain du déversement, les kayakistes et les autres usagers du canal n'avaient donc accès à aucune indication précisant que le canal était contaminé jusqu'à ce que les employés de Parcs Canada installent des pancartes d'avertissement devant les points d'accès à l'eau en fin d'avant-midi.

Or, pour les sportifs comme les membres du club de bateau dragon du canal, qui s'entraînent entre 5 h et 7 h avant de se rendre travailler, ces pancartes ne sont d'aucune utilité.

Selon Sébastien Martel, qui est membre du club 22Dragons depuis une dizaine d'années, des gens se retrouvent régulièrement sur le canal alors qu'il devrait être fermé. Il y voit l'occasion pour Montréal de démontrer que ses prétentions au titre de ville intelligente ne sont pas que des voeux pieux.

Des alertes sur Twitter

En attendant que la Ville et Parcs Canada fassent preuve d'une plus grande transparence, le copropriétaire de l'entreprise de location d'embarcations H20 Aventures, Marc Bartschat, tente tant bien que mal de combler les manquements de Parcs Canada en transmettant les alertes à ses clients sur son fil Twitter @canalstatus.

L'entrepreneur souligne toutefois que depuis l'incident de juillet - lorsque Parcs Canada a pris 16 heures avant de l'avertir -, la Ville lui envoie maintenant directement un courriel dès que ses équipements détectent un déversement. Il ne comprend pas pourquoi ce courriel ne pourrait pas être envoyé automatiquement à tous les usagers du canal.

Marc Bartschat tient à rappeler que les tests effectués chaque semaine dans le canal par la Ville de Montréal indiquent que la qualité de l'eau est normalement excellente. Il estime toutefois que le manque de fiabilité du système d'alerte nuit à la réputation du canal de Lachine et lui fait perdre des clients.

Un rapport sur la qualité de l'eau du canal obtenu grâce à la Loi sur l'accès à l'information indique qu'après un déversement, la quantité de coliformes peut dépasser les 700 bactéries E. coli par 100 ml, soit sept fois la norme jugée sécuritaire pour un contact direct avec l'eau.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Il faut ensuite attendre plus de trois jours avant que le panache de pollution ne s'écoule avec le courant pour éviter que les usagers du canal ne contractent des infections bactériennes ou des gastro-entérites.

Parcs Canada ne nous a pas accordé d'entrevue dans le cadre de ce reportage.

La Ville de Montréal, de son côté, s'est engagée en 2012 à régler le problème des débordements d'égouts dans le canal en construisant un bassin de rétention au niveau du trop-plein Rockfield, à Lachine.

Ironiquement, le projet promis pour 2015 a été reporté à 2017 parce que le terrain sur lequel le réservoir doit être construit est contaminé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine