Retour

Le Canada, les États-Unis et le Mexique organiseront le Mondial en 2026

La candidature nord-américaine a remporté son pari. La FIFA a annoncé mercredi, à Moscou, que la Coupe du monde de 2026 était octroyée au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

Lors d'un vote tenu au congrès de la Fédération internationale de football association (FIFA), la candidature nord-américaine a reçu 134 voix contre 65 pour celle du Maroc.

C'était la première fois que le scrutin était ouvert à autant de votants. Auparavant, c'était non pas le congrès de la FIFA, mais son comité exécutif d'une vingtaine de personnes, devenu depuis le conseil de la FIFA, qui attribuait la Coupe du monde au pays hôte.

En 2026, 48 pays participeront à la phase finale. La candidature nord-américaine actuelle prévoit que 60 des 80 matchs seront présentés aux États-Unis. Le Canada et le Mexique en recevront 10 chacun, mais aucun à partir des quarts de finale.

Selon toute vraisemblance, les trois pays hôtes devraient recevoir leur qualification pour la phase finale. Rien n'a encore été confirmé à cet égard.

Au Canada, des matchs doivent avoir lieu à Montréal, Toronto et Edmonton. Il faudra toutefois attendre à 2021 pour connaître la liste finale des villes sélectionnées par la FIFA pour la tenue des matchs.

« Le Canada, le Mexique et les États-Unis sont prêts à accueillir le monde en Amérique du Nord et à être les porte-étendard de la plus grande Coupe du monde de l’histoire, a déclaré le président de Canada Soccer, Steven Reed. Notre vision est un monde de possibilités pour les villes hôtesses candidates et pour la communauté mondiale du football. »

Par communiqué, la mairesse de Montréal Valérie Plante a dit être très heureuse de la décision de la FIFA. Elle écrit que, par son rayonnement et ses retombées, le tournoi masculin de la Coupe du monde est l'un des événements sportifs les plus importants de la planète.

Dans un communiqué, la direction du Parc olympique s'est réjouie de la décision. Elle rappelle que son stade, qui a accueilli de nombreux matchs d'envergure, a reçu « un pointage de 4,2 dans l’évaluation technique de la FIFA, à égalité avec Edmonton (et devant le BMO Field de Toronto). » La situation du toit du stade doit cependant toujours être clarifiée.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a souligné que ce sera « un grand plaisir d’accueillir le monde en 2026 pour la Coupe du monde ».

« C’est une occasion de souligner à quel point le Canada, le Mexique et les États-Unis fonctionnent bien ensemble », a-t-il ajouté.

La MLS a également réagi avec enthousiasme en début de matinée. La première division nord-américaine souligne notamment que cette annonce est « un pas de géant dans notre mission collective pour faire grandir le soccer en Amérique du Nord ».

C'est la cinquième fois en 30 ans que la candidature du Maroc est rejetée. Malgré tout, le comité marocain a salué sur Twitter la victoire des trois pays nord-américains.

« Au 68e congrès de la FIFA, les pays membres ont voté en faveur de la candidature nord-américaine, qui organisera la Coupe du monde de 2026. Maroc 2026 félicite Unis 2026 pour sa victoire », dit le message.

La réforme du vote était vue comme un moyen de dissiper l'odeur de soufre qui avait entouré les dernières attributions de l'ère Blatter. Pour rappel, la désignation de la Russie pour le Mondial de 2018 et du Qatar pour celui de 2022 le même jour, en 2010, avait soulevé une vague de polémiques et de soupçons. Les États-Unis, candidats malheureux pour 2022, tiennent leur revanche.

La candidature du Maroc n'aura pas résisté aux critères définis (infrastructures, hébergement, transports, budget, etc.) par les experts de la FIFA. Verdict : le dossier du Maroc « a obtenu une note globale de 2,7 sur 5 » contre « 4 sur 5 » pour le trio Canada/États-Unis/Mexique, avait-on appris auprès d'une source proche du dossier marocain.

Néanmoins, les responsables de la candidature marocaine ont trouvé des appuis de taille, en plus de la grande majorité de leurs collègues africains : la Belgique, le Brésil, la Chine, la France, l’Italie et les Pays-Bas ont tous voté pour le Maroc. Par contre, la plupart des anciennes républiques de l'Union soviétique, la Russie en tête, ont voté pour la candidature nord-américaine.

Le tournoi de 2022 aura lieu au Qatar.

Le Canada n’a pas (encore) son billet

Il n’y a pas eu d’annonce officielle pour des laissez-passer aux trois pays hôtes. Traditionnellement, le pays qui héberge la Coupe du monde n’a pas à participer aux tournois de qualification et tout indique que ce sera encore le cas pour 2026.

Peter Montopoli, le directeur général de l’Association canadienne de soccer et le directeur de la candidature canadienne a dit que la décision revient à la FIFA. Elle ne sera pas prise avant 2021. Le président de la CONCACAF, Victor Montagliani, un autre Canadien, a été un acteur majeur dans l’élaboration de la candidature conjointe et devrait faciliter les négociations.

En 2018, les pays de la CONCACAF avaient trois places assurées, qu'ont gagné le Mexique, le Costa Rica et le Panama. Un quatrième billet a été décidé dans une série interconfédérations entre le Honduras et l’Australie. Le Honduras avait passé.

48 équipes, 16 groupes de trois

La FIFA a annoncé que les 48 équipes seront réparties en 16 groupes de trois. Les deux premières formations auront leur place dans une phase éliminatoire à 32 équipes. Au total, 80 matchs seront joués.

Comme c’est le cas dans le format actuel, le tournoi sera joué en 32 jours, et il faudra un maximum de sept matchs pour qu’une équipe atteigne la finale. Selon la FIFA, le tournoi sera joué en 32 jours, comme c’est le cas dans le format à 32 équipes.

Les réactions

Infantino candidat à sa réélection

Par ailleurs, le président de la FIFA, Gianni Infantino, a annoncé qu'il sera candidat à sa réélection en 2019.

Le congrès électif aura lieu le 5 juin 2019 à Paris. Infantino, qui était auparavant numéro deux de l'Union des associations européennes de football (UEFA), avait été élu le 26 février 2016 au moment où l'instance était en plein scandale planétaire de corruption.

Plus d'articles