Si le fantôme de P.K. Subban planait encore un peu au-dessus des joueurs au tournoi de golf annuel du Canadien mardi, ils l'ont chassé rapidement. Avec Alexander Radulov, Andrew Shaw, Al Montoya et évidemment, Shea Weber, il n'y a pas à dire, c'est un visage bien différent que présente le Tricolore cette saison.

Un texte de Alexandre Gascon

L'enthousiasme auquel nous avait habitués Subban était d'ailleurs remplacé par celui de Radulov. Le Russe, visiblement heureux d'être à Montréal, n'a d'ailleurs pas grand-chose à envier au sourire de l'ancien défenseur, si ce n'est qu'une dent ou deux.

« Je veux gagner. Je veux bien jouer, bien jouer pour l'équipe, a dit Radulov au lancement officieux de la saison de sa nouvelle équipe. Mais tout d'abord, pour avoir du succès, nous devons être un groupe soudé. »

Le nouvel attaquant était attendu impatiemment à Laval-sur-le-Lac. On l'a présenté tout l'été comme une solution aux carences offensives de l'équipe, si le jeune homme de 30 ans demeure sérieux. Même si son indiscipline a déjà défrayé la chronique lors de ses deux précédents séjours dans la LNH, ses nouveaux coéquipiers n'en font pas grand cas.

« La première chose que j'ai remarquée c'est son attitude, a mentionné Brendan Gallagher. On voit qu'il est vraiment content d'être ici, content d'avoir cette occasion. Il va s'intégrer facilement à notre vestiaire. »

« La rondelle colle après sa palette. C'est un gars de talent, mais il a beaucoup d'intensité également », a ajouté le Québécois, qui l'a affronté dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LJHMQ) il y a une dizaine d'années.

À Montréal depuis un mois, Radulov s'y est amené plus tôt que prévu parce que la saison de la KHL est déjà en cours et qu'il n'avait plus de partenaires d'entraînement.

« Le Canadien m'a dit que je pouvais venir. Ils m'ont fait un programme sur mesure. J'ai patiné en compagnie de Max Pacioretty et de Paul Byron. Je m'entraîne fort. Je veux gagner et bien aider l'équipe. Je veux créer des séquences de victoires. L'important est la chimie de groupe et de bien travailler ensemble. »

« J'ai marqué 26 buts à ma dernière saison dans la LNH, mais ça fait longtemps. J'aimerais bien refaire ça, mais c'est l'équipe qui prime. J'aime bien jouer avec la pression... Ça ajoute au défi! »

La présence de Weber

Outre le cas Radulov, le nom qui était sur toutes les lèvres était celui du nouveau défenseur vedette du CH, Shea Weber, obtenu dans l'échange qui a envoyé Subban à Nashville.

Présentement à la Coupe du monde avec l'équipe canadienne, Weber s'est retrouvé de toutes les conversations. Les éloges se sont succédé.

« J'étais en Californie [quand l'échange est arrivé], a raconté Jeff Petry. Ç'a été une surprise, mais Weber va vraiment nous aider. Il est imposant, il pratique un style robuste. C'est très difficile de l'affronter. »

« Je ne dirais pas que ça change l'identité de notre défense, a précisé Petry. Il a vraiment un tir puissant [...] Ça ne changera rien à notre rapidité, il manœuvre très bien avec la rondelle. »

Pour Gallagher, les qualités de meneur de Weber sont indéniables et sont certainement son plus grand atout.

« On a juste à regarder le tournoi qu'il connaît actuellement, on peut dire à quel point il en impose. Sur la glace, il excelle en défense, en attaque. Nous sommes évidemment très contents [de l'avoir dans l'équipe]. »

Le nouveau gardien Al Montoya, qui luttera avec Mike Condon au camp d'entraînement pour devenir l'adjoint de Carey Price, était aussi très impressionné par le grand défenseur.

« Je l'ai rencontré et c'est tout un joueur. Un des meilleurs meneurs dans la ligue. »

Un long été

Après avoir connu une deuxième moitié de saison misérable, le Canadien a terminé au 13e rang de l'Association de l'Est l'an passé.

À l'aube de la prochaine saison, les discours sont bien plus optimistes, on s'en doute. L'ajout de la petite peste des Blackhawks de Chicago Andrew Shaw contre deux choix de deuxième tour du repêchage 2016 semble avoir été accueilli favorablement.

Shaw est réputé pour sa force de caractère, son audace sur la patinoire et ses habiletés autour du filet, une autre version de Brendan Gallagher en gros.

Le leadership faisait défaut à cette équipe, entendait-on autour du vestiaire au printemps dernier. Le nouveau visage du Tricolore à l'aube de la saison 2016-2017 avec, entre autres, l'ajout de Weber et de Shaw, a certainement plus de front.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine