Retour

Le Centre de ressources périnatales de Laval doit fermer ses portes

En fonction depuis l'été 2015, un organisme d'économie sociale de Laval n'a obtenu aucun financement du ministère de la Santé du Québec pour aider les familles qui accueillent un nouvel enfant. Faute de fonds, le Centre de ressources périnatales (CRP) cessera ses activités sous peu.

Un texte d'Anne Marie Lecomte

Le CRP Mieux-Naître à Laval a dû licencier vendredi dernier ses deux employés permanents.

Pour Lysane Grégoire, directrice générale de l'organisme, c'est une situation incompréhensible. Ailleurs dans la province, dit-elle, une dizaine de CRP semblables au sien reçoivent du financement du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). « Mais nous, on n'est pas financés », déplore-t-elle.

La semaine passée, l'organisme lavallois a appris que le ministère ne subventionnera pas ses activités qui consistent à offrir des cours prénataux, un accompagnement lors de l'accouchement, un suivi de relevailles et d'allaitement, des cafés-causeries, etc.

Le refus de crédits de la part du ministère a été annoncé, par lettre, au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval.

Dans cette lettre, dont Radio-Canada a obtenu copie, le directeur aux services mère-enfant du ministère, Daniel Riverin, dit qu'à Laval, le CISSS répond de manière « complète et adéquate » aux besoins des futurs et nouveaux parents. M. Riverin reconnaît « que la présence d'un CRP [à Laval] permet d'offrir des services complémentaires à l'offre de service de base ».

Cependant, « [...] aucun crédit supplémentaire n'est disponible actuellement au ministère de la Santé et des Services sociaux pour financer ce type d'activités », écrit-il.

Pour Lysane Grégoire, ce sont beaucoup d'efforts qui s'effondrent. Le projet, initié en 2007, a donné lieu à des activités communautaires pour finalement avoir pignon sur rue, en 2015.

La directrice affirme qu'à l'ouverture du CRP, la ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau, était présente et avait formulé l'espoir que le ministère de la Santé reconnaîtrait l'importance de financer les activités de l'organisme.

Une « ressource essentielle » selon le maire de Laval

En février dernier, l'organisme a déposé une pétition à l'Assemblée nationale pour alerter le gouvernement sur la précarité de son sort. De plus, des partenaires, comme le Centre local de développement de Laval et le Réseau d'investissement social du Québec (RISQ), ont donné de l'argent au CRP, dit Mme Grégoire.

Elle affirme que même le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a tiré 45 000 $ de son budget discrétionnaire pour Mieux-Naître à Laval.

En février 2016, le maire de Laval, Marc Demers, avait écrit à Gaétan Barrette pour souligner qu'à son avis Mieux-Naître Laval était une « ressource essentielle » dans une ville qui connaît une « croissance démographique soutenue » depuis 15 ans.

« Le territoire lavallois dénombre plus de 4500 naissances par année et la moitié des nouveau-nés ont aujourd'hui au moins un parent immigrant », écrivait Marc Demers. De l'avis du maire de Laval, cet organisme né d'« une initiative citoyenne [...] porte une attention particulière aux familles de toutes origines culturelles et aux personnes en situation de vulnérabilité ».

Au moment de la publication de ce texte, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec n'avait pas été en mesure de répondre aux questions de Radio-Canada en lien avec ce dossier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine