Retour

Le centre mère-enfant Christophe-Colomb en sursis 

Le gouvernement Couillard suspend temporairement la fermeture, prévue samedi, du seul foyer mère-enfant du Centre jeunesse de Montréal.

Un texte de Florence Reinson

« Je ne laisserai aucune mère mineure avec son petit bébé dans la rue, je peux vous l’assurer. J’aurai une discussion avec le CIUSSS pour m’en assurer encore plus », a annoncé la ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, en chambre, jeudi.

Lucie Charlebois a pris cette décision en réaction aux critiques de l’opposition qui appelait le gouvernement à faire preuve d’humanité.

« On ne parle pas d’une entreprise, d’un hôtel ou d’un quelconque centre de services, on parle du seul centre mère-enfant du Centre jeunesse de Montréal », a martelé la porte-parole en matière de famille et députée de la CAQ dans Louis-Hébert, Geneviève Guilbault.

« Il place une expertise unique au service de dizaines de jeunes femmes et d’enfants vulnérables. C’est un appel à l’humanité que je lance à la ministre ce matin », a-t-elle imploré.

Québec affirme maintenant vouloir s’assurer auprès du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal que tous les protocoles seront suivis avant de fermer ce centre qui offre des services aux jeunes mères vulnérables et à leurs enfants. Le report de la fermeture du foyer mère-enfant Christophe-Colomb doit aussi lui donner le temps de signer des ententes d'hébergement avec des ressources intermédiaires.

Un centre pas assez fréquenté

La fermeture annoncée de l’établissement est imputable à son taux de fréquentation de 50 %, soit une dizaine de mères, selon le gouvernement, qui entend optimiser le service.

« Moi, je ne vois pas comment on peut dire qu’on est dans la performance quand on réduit les services pour les gens les plus vulnérables, parce que performance, c’est un mot poli pour l’austérité », a commenté le député de Québec solidaire, Amir Khadir.

« Ce sont de jeunes mamans très vulnérables dont plusieurs ont déjà une trajectoire au Centre jeunesse de Montréal, ce sont des mamans qu’on connaît », a précisé pour sa part un représentant de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Simon Dubé, sur les ondes d’ICI RDI.

Il estime que pour ces femmes, bénéficier des services du centre peut changer leur trajectoire.

Aucun autre environnement au sein du Centre jeunesse ne peut offrir à ces jeunes mères et leur enfant ce genre de services, ajoute M. Dubé.

« Si on peut éviter un seul placement d’enfant avec un service comme celui-là, c’est quelque chose d’extraordinaire dans la vie de cette maman-là et de cet enfant-là », note-t-il.

Les mamans qui fréquentent le centre sont accompagnées pendant un mois en vue de parfaire leurs habiletés parentales, et elles y reçoivent des services d’expertise et d’évaluation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine