C'est un peu grâce aux cinéphiles du quartier de Rosemont-La-Petite-Patrie à Montréal que le Cinéma Beaubien a pu survivre. L'établissement est unique en son genre puisqu'il demeure le dernier cinéma de quartier à Montréal. Portrait.

En 2001, lorsque Cineplex Odéon a annoncé la fermeture de son cinéma Dauphin, des résidents du quartier ont décidé de sauver l'endroit. Ils ont créé la Corporation du Cinéma Beaubien pour racheter l'endroit, qui a pris alors le nom de cinéma Beaubien.

Quinze ans plus tard, malgré les hauts et les bas de l'industrie - le cinéma ExCentris a fermé ses portes l'an dernier -, le cinéma Beaubien a le vent dans les voiles. Les ventes annuelles de billets sont passées de 30 000 à 225 000.

Le cinéma se distingue par sa programmation qui présente des films francophones d'ici et d'ailleurs.

« On va chercher des petites perles rares qui ne sont pas diffusées à grande échelle », explique son PDG, Mario Fortin.

Les gestionnaires n'ont pas l'intention d'en rester là et envisagent de moderniser les installations.

Plus d'articles