Retour

Le contrat de déneigement de Pavage d'Amour dans le Sud-Ouest sera annulé

La Ville de Montréal constate un « bris de confiance » au sujet du déneigement dans l'arrondissement du Sud-Ouest et mettra fin au contrat accordé à l'entreprise Pavage d'Amour, qui a fait l'objet de nombreuses plaintes, à la fin de la saison hivernale.

« Cette année, il y a une situation qui nous apparaît inacceptable », a affirmé le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, en point de presse jeudi après-midi.

On va recommander au conseil municipal d’annuler le contrat effectif après cette saison-ci.

Pierre Desrochers, président du comité exécutif de la Ville de Montréal

Les quatre années restantes à ce contrat de cinq ans seront donc résiliées dans le Sud-Ouest. L'entreprise est tenue de respecter son entente pour l'année en cours.

« On va lui demander de terminer son contrat, on espère qu’[elle] va le terminer. Il y a des ententes, il y a des performances auxquelles on s’attend, le contrat est très clair et très précis », a souligné M. Desrochers.

Pavage d’Amour est responsable du déneigement sur environ 60 % du territoire du Sud-Ouest, notamment dans les quartiers Pointe-Saint-Charles, Saint-Henri, Petite-Bourgogne et Griffintown.

Des dizaines de milliers de dollars d'amendes

L'entreprise a déjà écopé de 151 000 $ en amendes depuis le début de l’hiver en raison de ratés dans ses services. Entre autres exemples, une déneigeuse de trottoir a arraché un vélo d'un parcomètre, tandis qu'une autre a poussé des ordures déposées en bordure de rue.

Il y a eu huit fois plus de plaintes dans le Sud-Ouest reliées au déneigement cette année, soit des centaines de plaintes de plus.

« On doit donner des services et, quand le service est exécrable, il y a des conséquences », avait résumé en matinée le maire de Montréal, Denis Coderre, alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour le premier vol direct Montréal-Shanghai offert par Air Canada.

« Les citoyens ont raison d’être en colère », a reconnu le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais.

M. Dorais dit avoir rencontré, avec la Ville centre, les deux dirigeants de l'entreprise. « On a demandé à Pavage d’Amour des correctifs, il en fait, mais c’est nettement insuffisant », a-t-il dit lors du point de presse de l'après-midi.

« Il a peut-être sous-estimé le travail que ça prend, ou l’énergie que ça prend, le genre d’équipement, les ressources que ça peut prendre quand on travaille dans un tissu urbain », a ajouté Pierre Desrochers, enumérant une série de problèmes rapportés comme la qualité du service, le temps d'exécution, l'équipement et l'incivilité de certains employés de Pavage d'Amour.

Trop tard pour cette année

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi le contrat ne pouvait pas être annulé pour la saison en cours, M. Dorais a précisé qu'il était trop tard pour relancer un appel d'offres et qu'il ne pouvait utiliser ses pouvoirs d'urgence pour accorder directement un nouveau contrat.

Même s'il salue la décision de l'arrondissement, Craig Sauvé, de Projet Montréal, aurait tout de même aimé qu'on envisage d’autres options pour faire le travail restant cette année. « Les gens ont peur [...] ils ont littéralement vu des chauffeurs qui agissent de façon irresponsable, irrespectueuse envers la propriété publique et privée. Les gens ont complètement perdu confiance en ce contracteur-là », affirme le conseiller dans Saint-Henri-Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles.

L'arrondissement continuera de surveiller de près les opérations de Pavage d'Amour. Des contremaîtres, dont un qui vient d'une autre division, et des inspecteurs sont chargés de ce mandat.

« On va encadrer Pavage d’Amour, on va l’aider dans sa planification », en ajoutant des ressources additionnelles de l'arrondissement et de la Ville centre pour « qu’on puisse faire en sorte qu'on vienne faire un backup », a expliqué Benoit Dorais.

Jean-Yves Lecomte, résident de Saint-Henri depuis 64 ans, s'est également réjoui de la décision du maire Dorais, affirmant qu'il n'avait jamais vu un service pareil. Celui qui demeure près d'un CHSLD a souligné le piètre état des trottoirs.

« Il y a des personnes âgées, il y a des gens qui vont visiter leurs parents. J’ai relevé deux, trois personnes qui sont tombées. C’est comme un passage à lièvres, c’est pas un trottoir, je n’ai jamais vu ça », a commenté M. Lecomte.

Sous surveillance dans Ahuntsic-Cartierville

Pavage d'Amour a aussi des contrats avec les arrondissements de Lachine et d'Ahuntsic-Cartierville.

Dans ce dernier cas, la chargée de communication de l'arrondissement, Michèle Blais, a confirmé à Radio-Canada qu'un superviseur était attitré à temps plein à la surveillance des services de cette entreprise, avec laquelle Ahuntsic-Cartierville fait affaire pour la première fois.

L'entreprise a été mise à l'amende, pour un montant de 78 000 $, notamment en raison du dépassement du nombre d'heures pour un chargement de neige, durant la période des fêtes, et du délai excédentaire permis pour poser des avis d'interdiction de stationnement. L'arrondissement a reçu 138 requêtes et huit plaintes concernant Pavage d'Amour, du 1er novembre 2016 au 15 février 2017.

Ahuntsic-Cartierville n'envisage toutefois pas une résiliation. Mme Blais a indiqué qu'une amélioration avait été observée avec la surveillance accrue.

L'entreprise est responsable du déneigement de 15 % du territoire de l'arrondissement, dans le district de Bordeaux-Cartierville, dans l'ouest. Un contrat de cinq ans, pour 3,7 millions de dollars, a été conclu avec eux.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine et Julie Marceau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu manges du yogourt passé date?