BILLET – Très peu de gens semblent réaliser à quel point le virage que tentera de négocier le Canadien au cours des prochains jours est critique, difficile et complexe. Et à quel point le CH est une sorte de géant aux pieds d'argile.

Entendons-nous sur une chose : les carrières des athlètes sont très courtes et tout le business du sport professionnel repose sur l’art du recrutement et sur la capacité d’une équipe à sans cesse se renouveler.

Chez le Canadien, comme je le soulignais en septembre dernier dès l’ouverture du camp des recrues, le département du recrutement est en panne depuis 2008. Dans le monde du sport, c’est une éternité.

Dans La Presse+ de ce vendredi, le confrère Marc Antoine Godin a mis les chiffres à jour. En matière de recrutement amateur, le CH est encore 29e sur 30 équipes depuis 2008. Au cours de cette période, les choix de repêchage du CH n’ont disputé que 1368 matchs dans la LNH alors qu’au sein des autres formations, la moyenne s’élève à… 2974.

***

Le mandat d’un recruteur en chef comme Trevor Timmins se compare un peu à celui d’un administrateur de fonds de placement ou à celui du PDG de la Caisse de dépôt.

Leurs responsabilités sont énormes parce qu’ils doivent assurer la croissance de leur entreprise (ou assurer la capitalisation du bas de laine de milliers de personnes). Cela dit, on ne leur demande pas d’être parfaits parce que leur science est hautement inexacte et qu’ils doivent constamment composer avec des événements ou des facteurs imprévisibles.

On leur demande donc, au moins, d’obtenir des rendements qui correspondent à la moyenne du marché (ou de l’indice boursier), et même de battre l’indice à l’occasion.

Ce qui se passe chez le Canadien depuis 2008 est justement comparable (sur une plus longue période) à la débâcle qui avait frappé la Caisse de dépôt en 2008.

La Caisse avait alors montré un rendement inférieur de près de 7% à celui des autres grandes caisses de retraite et cette catastrophe avait coûté quelque 10,5 milliards aux Québécois. Il avait fallu un bon cinq ans de travail acharné pour que les administrateurs de la Caisse puissent finir par combler ce manque à gagner.

***

Du côté du Canadien, les partisans n’ont pas encore ressenti les effets de cette longue période de sécheresse du département de recrutement amateur. Parce que depuis que Marc Bergevin est en poste, c’est le département de recrutement professionnel qui sauve la mise en identifiant des joueurs valables laissés pour compte par d’autres organisations et qu’on acquiert par voie de transactions.

Les cas du défenseur Jeff Petry (acquis des Oilers d’Edmonton contre des choix de 2e et 4e rondes en 2015), du centre Phillip Danault (acquis avec un choix de 2e ronde des Blackhawks de Chicago en retour des vétérans Tomas Fleischmann et Dale Weise) et de l’ailier Paul Byron (réclamé au ballotage en octobre 2015) constituent de parfaits exemples.

Mais fin de compte, l’organisation du CH créée fort peu de nouvelle richesse (ne développe pas suffisamment de nouveaux talents). Et pendant que son noyau de joueurs vieillit et coûte sans cesse plus cher, Marc Bergevin est contraint depuis cinq ans de sortir des lapins de son chapeau pour rester compétitif.

Un autre exemple : la saison dernière, si Alex Radulov n’était pas tombé du ciel, le CH aurait probablement présenté l’une des dix pires attaques de la LNH. Et généralement, les équipes qui appartiennent à ce groupe ne participent pas aux séries. La marge de manœuvre est aussi mince que cela.

Il y a cinq ans, Bergevin jonglait avec trois balles pour diriger son organisation. Cinq ans plus tard, alors que s’amorce le week-end du repêchage de 2017, le DG du CH donne plutôt l'impression de jongler avec un sabre, une boule de quilles, une torche enflammée et une grenade…

  • Le CH a perdu trois défenseurs gauchers en l’espace d’une semaine (Emelin, Beaulieu et Sergachev) et l’organisation est complètement à découvert sur ce flanc. Andrei Markov, qui célébrera ses 39 ans la saison prochaine, reste le seul candidat capable d’évoluer au sein de la première paire à la ligne bleue. (En passant, Markov n’est toujours pas sous contrat, et les propos tenus jeudi par Bergevin laissent croire que les négociations sont difficiles).

Combien d’équipes de la LNH misent sur un défenseur de 39 ans au sein de leur première paire à la ligne bleue?

Le défenseur gaucher acquis jeudi par le CH, David Schelmko, a évolué toute sa carrière au sein d’une troisième paire. Brandon Davidson ne compte que 100 matchs d’expérience dans la LNH et le Tchèque Jakub Jerabek n’a jamais joué dans la LNH.

  • Le CH est toujours à découvert à la position de centre. C’est une rengaine usée à la corde, mais le problème s’amplifie d’année en année. Au point où en est le CH, une blessure majeure à Phillip Danault (qui n’est pas un premier centre) serait sans doute suffisante pour exclure l’équipe des séries éliminatoires.
  • Les négociations avec Radulov semblent vouées à l’échec. Au point où Marc Bergevin n’exclut pas la possibilité, publiquement, de l’échanger avant le 1er juillet.

Si Radulov ne revient pas la saison prochaine, la transaction de la semaine dernière qui a amené Jonathan Drouin n’apportera aucune valeur supplémentaire (ou très peu) au Canadien par rapport à la saison dernière. Les 54 points de Radulov seront remplacés par ceux de Drouin et, au passage, le CH aura sacrifié son défenseur d’avenir (Sergachev) pour assurer cette continuité. Au bout du compte, le top 6 du CH restera aussi incomplet que la saison dernière.

***

Parce que son département de recrutement amateur ne génère pas suffisamment de joueurs et de talents, Marc Bergevin n’a vraisemblablement pas assez d’actifs et de munitions pour régler tous ces problèmes criants. Et le fait qu’il rende Alex Galchenyuk disponible sur le marché ne changera rien à cette situation.

Chaque fois qu’il tente d’habiller Paul, le DG du CH est obligé de déshabiller Jean. Chaque fois qu’il comble un besoin, il se retrouve avec une autre case vide à remplir. Les transactions Subban-Weber et Sergachev-Drouin en sont de superbes démonstrations.

Il y a très peu de temps, on disait que la fenêtre donnant accès à une conquête de la coupe Stanley était ouverte pour le CH. Or, le passage difficile dans lequel l’organisation est engagée cette semaine laisse présager que le contraire est peut-être beaucoup plus vraisemblable : il ne manque plus grand-chose pour que l’édifice s’écroule au grand complet.

Marc Bergevin défend le bilan de Trevor Timmins? Aucun problème avec cela. Il ne lui reste qu'à continuer de jongler.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine