Retour

Le départ de Willy, le sacrifice de Woods et l'arrivée « souhaitable » de Kaepernick

Drew Willy remplacera Darian Durant au poste de quart vendredi à Calgary. Une annonce faite presque sous silence, mardi, pendant que le mystérieux congédiement de Bear Woods et l'improbable embauche de Colin Kaepernick détournaient l'attention à l'entraînement des Alouettes.

Un texte de Jean-François Poirier

Kavis Reed n'est pas à court de soucis à la veille du passage de son équipe en déroute dans le château fort de la meilleure formation de la Ligue canadienne de football.

Première observation : Darian Durant est loin d'être au sommet de sa forme.

Le quart de confiance des Alouettes (3-10-0) depuis le début de cette saison de misères s'est contenté d'un rôle d'observateur auprès de ses coéquipiers pour une deuxième journée de suite. Durant, qui souffre d'une blessure à l'ischio-jambier, sera néanmoins en uniforme au cas où l'essai Willy ne serait pas concluant contre les intimidants Stampeders (11-1-1).

Bear Woods sacrifié?

En cette journée humide à l'entraînement, le directeur général et entraîneur-chef des Alouettes avait aussi deux autres dossiers brûlants à clarifier devant les journalistes.

D'abord, la direction des Alouettes avait-elle limogé de manière injuste Bear Woods en mai dernier en raison de ses activités syndicales comme le rapportait un quotidien montréalais mercredi?

Selon l'article, Woods, à titre de représentant des joueurs des Alouettes, aurait subi les foudres de la direction parce qu'il aurait contacté l'Association des joueurs afin de dénoncer l'organisation.

Ce jour-là, les joueurs des Alouettes ont porté leurs épaulières, ce qui allait à l'encontre des règles en vigueur dans la Ligue canadienne qui interdisent aux équipes de demander à leurs joueurs de faire des plaqués à l'ouverture du camp.

Kavis Reed a nié avec vigueur avoir posé un tel geste comme acte de représailles envers le secondeur étoile de la Ligue canadienne en 2016.

« C'est une décision purement de football. Nous n'avons pas tenu compte des obligations syndicales de Bear Woods. Je ne mettrai jamais en doute sa force de caractère et je l'admire pour cette raison. Il défend ses coéquipiers. »

Les ex-partenaires de jeu de Woods, bien qu'étonnés de son congédiement précipité, ne croient pas du tout à la thèse d'un licenciement lié à la pratique d'un rôle syndical.

« C'est quand même ridicule, soutient l'un des représentants syndicaux des joueurs des Alouettes Nicolas Boulay. Je crois que la décision avait été prise depuis plusieurs mois. L'histoire de Bear Woods n'a rien à voir avec le respect de la convention et le port d'épaulettes. Je pense que les entraîneurs n'étaient pas au courant que les règles avaient été changées. »

Le centre Luc Brodeur-Jourdain abonde dans le même sens.

« La situation a vite été corrigée après une séance avec épaulettes. C'était juste une erreur, dit-il. C'est assez clair que le congédiement de Bear Woods est relié au côté financier du football. Cette règle, je ne la connaissais même pas. C'était la dernière de mes préoccupations. »

Nicolas Boulay estime que la relation entre les joueurs et la direction des Alouettes demeure saine.

« Nous avions justement une situation à régler aujourd'hui et je suis allé voir Kavis. Tout s'est fait vite. Idéalement, nous réglons ça à l'interne. Un vote des joueurs peut être nécessaire. En général, tout se passe bien. Oui, parfois c'est délicat, mais Kavis et moi, on est capable de se parler et de garder ça professionnel. »

Kaepernick: un souhait

Le nom de Colin Kaepernick a aussi refait surface dans l'entourage des Alouettes. L'ex-quart des 49ers de la NFL, qui a été le premier à mettre le genou au sol durant l'hymne national américain afin de dénoncer les injustices sociales aux États-Unis en août 2016, est aujourd'hui sans emploi. Même si les Alouettes détiennent ses droits dans la Ligue canadienne, Kavis Reed semble peu convaincu d'être en mesure de l'attirer à Montréal.

« Les Tiger-Cats l'ont retiré de leur liste de négociations et nous l'avons ajouté à la nôtre qui compte 43 joueurs. En réalité, il s'agit d'une liste de souhaits. De nombreux athlètes de renom se retrouvent sur les listes de toutes les équipes du circuit. Certains y restent pendant six ou même huit ans. Je le répète, Colin Kaepernick est surtout un souhait et nous le gardons à l'oeil. Il est un bon quart avec un formidable parcours dans la NFL. »

Luc Brodeur-Jourdain est prêt à l'accueillir à bras ouverts.

« Il a été dans la top 10 des meilleurs quarts de la NFL. Si on est capable de l'avoir à Montréal, bienvenue, mon homme. »

En attendant, Drew Willy sera aux commandes de l'attaque des Alouettes à Calgary. Il s'agira de son premier départ en près d'un an. Il avait alors complété 26 de ses 31 passes dans l'uniforme des Argonauts de Toronto contre les Stampeders dans une défaite de 48 à 20.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine