Retour

Le duel en justice entre Bouchard et l'USTA s'envenime

Les avocats d'Eugenie Bouchard, victime d'une commotion cérébrale lors des Internationaux des États-Unis 2015, ont accusé vendredi la Fédération américaine de tennis (USTA) d'avoir volontairement détruit les images de vidéosurveillance de l'incident survenu dans les vestiaires.

Le cabinet d'avocats Morelli a saisi un tribunal new-yorkais pour destruction de preuves.

« La plaignante demande respectueusement que le tribunal enregistre que les prévenus ont détruit volontairement, et en toute connaissance de cause, des images de vidéosurveillance relatives à la plainte de notre cliente alors qu'il leur avait notifié (...) que ces preuves devaient être conservées », ont indiqué les avocats.

« La plaignante réclame respectueusement qu'une conclusion défavorable aux prévenus soit prononcée dans le cadre de l'affaire », ont-ils poursuivi.

À l'issue de l'édition 2015 des Internationaux des États-Unis, Bouchard a traîné l'USTA, organisatrice du quatrième et dernier tournoi du grand chelem de l'année, devant les tribunaux.

La Canadienne s'était blessée à la tête dans les vestiaires le 4 septembre 2015 après un match de double mixte. Une « substance glissante, étrangère et dangereuse » serait la cause de la chute.

Souffrant d'une commotion cérébrale, Bouchard avait dû déclarer forfait en simple, double et double mixte. L'ancienne 5e joueuse mondiale n'avait plus rejoué de la saison 2015 après sa mésaventure à Flushing Meadows.

Depuis son impressionnante campagne 2014, où elle avait atteint la finale de Wimbledon et les demi-finales des Internationaux d'Australie et de Roland-Garros, Bouchard se cherche sur les courts de la WTA.

La Québécoise n'a plus dépassé, depuis 2015, le 3e tour d'un tournoi du grand chelem. Elle occupe désormais la 56e place mondiale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine